La SNCF hantée par «son rôle dans la Shoah» aux États-Unis d'Amérique, faute de repentance?

Joan Carter Conway, sénateur démocrate américain: «Le refus persistant de la SNCF d'assumer sa responsabilité pour son rôle dans l'Holocauste reste une insulte pour ses victimes».
3670248,property=imageData,v=1,CmPart=com.arte-tv.www.jpg
Est-ce le même type de responsabilité mémorielle jamais assumée, que certains essayeraient maladroitement de diluer dans l'anathème antisémite qui frappe l'humoriste anticonformiste et controversé  français Dieudonné Mbala Mbala? dont les lointains ancêtres kamerunais ont vraisemblablement été les premiers, avec ceux de l'actuelle Namibie, à subir les expérimentations exterminatrices des Nazis? (Lire le livre "Noirs dans les camps nazis" écrit par le journaliste français Serge Bilé aux éditions "Le Serpent à plumes").

L'on
peut s'interroger, sans nécessairement verser dans la théorie du complot médiatico-politique, l'antisémitisme, ou la concurrence victimaire.

Même si l'Histoire de l'Humanité ne semble particulièrement avoir une résonance médiatique de nos jours, que lorsqu'elle est portée par les"vainqueurs" et les Puissances. Au moins devrait-on se réjouir, que les américains victimes de la déportation et qui ont été transportés sur les wagons de la SNCF, puissent compter sur une Mémoire impartiale des institutions et des élus des États-Unis dAmérique.

L'on aurait particulièrement aimé que ce fût le cas en France (sans être systématiquement accusé d'alimenter le procès de la répentance), afin que les victimes de la Shoah, mais aussi celles de tant d'autres crimes contre l'humanité et de génocides - notamment celui qui aurait eu lieu au Cameroun entre 1955 et 1958 (Lire l'ouvrage «Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique» de Thomas Deltombe, Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa, aux Editions La Découverte) - fassent enfin le Deuil en se réappropriant leur Mémoire.

Cela finira bien aussi par arriver!


La SNCF accepte enfin d'indemniser les victimes américaines de la déportation

Mais combien d'autres victimes de crimes contre l'Humanité pourraient et auraient ainsi dû être indemnisées par la France ou ses entités commerciales dans son ancien empire colonial? Vraisemblablement des millions...n'eut été un rapport des forces en présence défavorable à ces dernières, qui entretient une certaine omerta sur ce sujet dit sensible avec la complicité des pouvoirs illégitimes en place, notamment au Cameroun.

Il n'en demeure pas moins que ce fonds d'indemnisation, au-delà du montant relativement dérisoire que devra verser la SNCF aux victimes américaines de la déportation et à leurs familles, a surtout le mérite de venir rappeler le devoir de mémoire que les négationnistes et révisionnistes de tous bords auront vite fait d'assimiler malencontreusement à de la repentance.

Une grande nation assume son Histoire, toute son Histoire, y compris ses périodes les plus sombres. La déportation est indiscutablement de celle-là, et fut menée "au nom de l'État français".

 

Joël Didier Engo

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.