Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

724 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 avr. 2015

ATTAQUE TERRORISTE DE GARISSA: HONTE À L'AFRIQUE, HONTE AUX AFRICAINS

Joël Didier ENGO
Président du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) http://www.cl2p.org, et de l'Association Nous Pas Bouger http://www.nouspasbouger.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Boris Bertolt, Journaliste et chercheur camerounais

Ils sont 142 étudiants, jeunes, hommes et femmes. J'aurai pu faire partie de ces morts. Comme moi ce jeudi matin là, ils se sont levés pour se rendre à la "FAC". Certains ne souhaitaient pas parce qu'ils étaient fatigués. D'autres avaient des Rendez-vous et certains voulaient également revoir une fille qu'ils lorgnaient sur le campus de Garissa depuis longtemps. Mais au final tous ce sont rendus à l'université. Mais ils ne savaient pas que c'était leur dernier jour. Ce jour où 4 fanatiques de l'Islam au nom d'un Dieu qu'ils n'ont jamais rencontré devaient pénétré sur le campus et les abattre comme des chiens.

NUL NE PEUT ET NE DOIT RESTER INDIFFÉRENT FACE À CE QUI S'EST PASSE AU KENYA.

L'attaque de Garrissa n'est pas seulement un affront contre l’État Kenyan mais une guerre déclarée à la jeunesse africaine. Une volonté d'anéantir les rêves d'un continent qui se métamorphose, un crime contre l'intelligentsia. Car si l'Afrique a deux piliers sur lesquels il va devoir faire reposer ses perspectives d'émergence, c'est inéluctablement l'éducation et la jeunesse.

CES TERRORISTES ONT FRAPPE EN PLEIN CŒUR DE L'AFRIQUE.

Mais ce qui est choquant c'est ce silence coupable, cette indignation sélective et ce mépris pour mes jeunes frères. Au-delà de quelques mobilisations individuelles sur les réseaux sociaux et des actions en cours tels que le sitting annoncé pour vendredi 10 avril par nos frères de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, aucun vaste mouvement de sursaut n'est enregistré sur l'ensemble du continent.

- Où sont passés les chefs d’État qui ont tôt fait d'envoyé les messages de condoléances en France et pour certains empruntés le premier avion pour participer à la marche de Paris?

- Où sont ces africains qui ont très vite changé de profil pour dire "JE SUIS CHARLIE"?

- Où sont ces africains, qui pour affirmer leur panafricanisme soulignaient "JE NE SUIS PAS CHARLY JE SUIS L’ARMÉE CAMEROUNAISE", où sont passés tous ces théoriciens de l'anti-impérialisme qui appellent les africains à prendre les armes contre les puissances occidentales alors qu'ils sont incapables d'avoir un brun de compassion pour la vie des leurs? Comment font-ils pour demander à l'occident de mieux pleurer leurs morts qu'eux mêmes?

© Le Monde.fr

J'AI HONTE POUR L'AFRIQUE, J'AI PITIÉ DES AFRICAINS.

Aucune société n'a pu progressé sans privilégier la vie. Le droit à la vie est un droit sacré. Dans les centaines de sociétés traditionnelles africaines, lorsqu'un chef ne parvenaient plus à protéger la vie de ses concitoyens, ils étaient lapidés. C'est dire l'importance de la vie chez nous. Et de là vous pouvez voir la place de la femme. Les africains feront tous les débats dans les prochains jours: économie, élections, 6 avril 1984, Lybie, Boko Haram...et j'en passe. Mais n'accordent aucune importance à la protection de leur vie.

Je ne ferai pas ici le procès de nos chefs d’État, libre à chacun de le faire, mais je fais le procès d'une société, la notre. Une société immobile, morte et incapable de se repenser. Tout laisse croire que les africains ont été anesthésiés. Au fond les chefs d’État sont comme nous. Ils sont les produits de cet environnement qui nous fabrique aujourd'hui. Donc si nous ne le transformons pas maintenant, rien ne laisse penser que demain nous ferons mieux qu'eux.

C'est pourquoi, J'APPELLE A UN VASTE MOUVEMENT DE SOLIDARITE À L'EGARD DU PEUPLE KENYAN PENDANT UNE SEMAINE. CHANGEZ VOS PROFILS FACEBOOK, OBSERVEZ DES MINUTES DE SILENCE. ORGANISEZ DES SITTINGS.

Le moment est venu de montrer que nous pouvons penser par nous-mêmes et non penser par procuration.

Boris Bertolt, Journaliste et chercheur camerounais

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux