Cameroun: "union sacrée" contre Boko Haram?

Photo 20 / 26: description indisponible

Devons-nous compatir aux malheurs du geôlier en chef de la dictature de Yaoundé, un certain Amadou Ali?

Désolé, mais il est horriblement difficile de compatir au drame (enlèvement de son épouse) que serait entrain de vivre le geôlier en chef du régime dictatorial de Yaoundé, un certain Amadou Ali (vice-premier ministre de son état, et singulièrement séquestreur de Thierry Michel Atangana, Titus Edzoa, Me Lydienne Yen Eyoum et tant d'autres prisonniers d'opinions (communément présentés comme des prisonniers de droit commun) dans les mouroirs carcéraux du Cameroun.

Même en partant du postulat que M. Ali serait cette fois-ci la "victime" de la secte islamiste Boko Haram, lui le "grand négociateur et libérateur" d'otages" (assis en bonne place sur la photo aux côtés de Paul BIYA et François HOLLANDE lors du mini sommet de l'Élysée)...Précisément parce que c'est ce triste personnage que la propagande officielle de Yaoundé - dans un sordide et morbide chantage diplomatique à la France - a toujours gratifié du mérite d'avoir su "établir des liens" avec les preneurs d'otages de Boko Haram, spécialisés ces dernières années dans l'enlèvement des européens (notamment des Français) dans son fief de Kolofata de l'extrême nord du Cameroun.

Malheureusement à force d’instrumentaliser à des fins inavouables ce groupuscule islamiste, ce dernier semble se retourner contre son (meilleur) interlocuteur au Cameroun...Est-ce sa réponse à la déclaration de guerre faîte contre lui à l'Élysée par Paul BIYA - dont on aurait pensé qu'elle consistait surtout à faire bonne figure devant un parterre de chefs de l'État à l'occasion du sommet sur la sécurité en Afrique? Seul l'avenir nous dira.

Mais quelle qu'en soit l'interprétation, le régime de Paul BIYA doit maintenant passer aux travaux pratiques en livrant effectivement une guerre sans merci à des terroristes islamistes qui ne s'interdisent apparemment plus rien au Cameroun, y compris l'enlèvement de l'épouse d'un vice-Premier ministre, du sultan de la localité, des forces de l'ordre, et d'autres membres de la famille "princière"...

Peut-être M. Ali et ses ouailles comprendront à leurs dépens que l'on n'instrumentalise pas indéfiniment la République et ses institutions à des fins de pérennisation d'un pouvoir en place au Cameroun depuis 32 ans...sans en subir - à un moment ou à un autre - des conséquences directes ou indirectes.

Alors "Union sacrée" contre Boko Haram?

À quel "peuple camerounais" fait donc appel le larbin Issa Tchiroma Bakary (griot du régime de Yaoundé) pour faire face à la menace extérieure importée au Cameroun par le groupuscule islamiste Boko Haram? Alors précisément que cette menace est d'abord intérieure et le fait de la dictature en place, matérialisée notamment par la prise en otage depuis plus de 32 ans de tout un peuple par une tyrannie sanguinaire?

Qui les Camerounais doivent-ils le plus redouter, les islamistes de Boko Haram ou les barbouzes et escadrons de la mort du régime de Paul BIYA? Ont-ils vraiment le choix?

Sur quelle mobilisation peut décemment compter un pays, quand ses ressortissants (ou qu'ils soient) sont ainsi maintenus et vivent en permanence dans la peur d'une terreur policière?

Il y a de toute évidence, d'abord un besoin d'apaisement des esprits au Cameroun, voire de réconciliation nationale, sans lesquels toute entreprise de mobilisation contre les islamistes de Boko Haram s’avérerait fastidieuse et incertaine; à défaut d'être vouée à l'échec en l'absence de l'aide (notamment logistique) des principaux partenaires extérieurs du Cameroun.

Je vous remercie

 

Joël Didier Engo

 Cameroun - PHOTOS: Les ex-Otages au depart de Maroua

Vidéo : l’arrivée à l’aéroport de Yaoundé-NSimalen, de Madame Amadou Ali, des dix chinois et des autres ex-otages de BokoHaram 

http://www.cameroon-info.net/stories/0,63284,@,cameroun-video-vivez-comme-si-vous-y-etiez-l-arrivee-a-l-aeroport-de-yaounde-nsi.html

Photo de Comité de Libération des Prisonniers Politiques Camerounais - CL2P.


Cameroun: libération de 27 otages chinois et camerounais

Photo : D'abord une bonne nouvelle pour  le Cameroun en ces temps troublés...Vingt-sept (27) otages de la secte Boko Haram ont recouvré la liberté, après plus de deux mois de captivité  Source: Rfi  Vingt-sept otages de la secte Boko Haram ont recouvré la liberté, après plus de deux mois de captivité. Ils ont été remis au gouvernement camerounais dans la nuit de vendredi à samedi 11 octobre. Parmi eux : dix ouvriers chinois et l'épouse du vice-Premier ministre camerounais Amadou Ali.  Comme souvent dans pareille opération, c’est le secrétaire général de la présidence de la République qui est allé chercher les otages dans la ville de Marois. Il s’agit en l’occurrence de 10 ouvriers chinois et de 17 Camerounais, dont l’épouse du vice-Premier ministre Amadou Ali, enlevée lors d’une attaque armée le 27 juillet dernier dans la localité de Kolofata.  Joint par RFI, le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, affirme que « tous les otages son sains et saufs. Ces libérations se sont déroulées avec tous les moyens de la nation pour arriver à ce dénouement heureux. »  Selon des sources policières à Marois, la remise des otages au gouvernement camerounais a eu lieu à un poste frontalier de l’Etat du Borno, du côté du Nigeria, et le département du Mayo-Sava, au Cameroun.  Il y a-t-il eu des négociations ?  Désormais libres et en sécurité, les 27 ex-otages sont attendus ce samedi même à Yaoundé. Sur les conditions de leur libération, quelques indiscrétions laissent échapper un éventuel échange de prisonniers.  Le gouvernement était-il en contact avec les membres de la secte Boko Haram pour des négociations ? Le ministre de la Communication reste évasif : « A quoi bon répondre à cette question dès lors que l'objectif est atteint ? »  Y-a-t-il eu par ailleurs paiement de rançon  ? Le ministre de la Communication répond : « Je n'ai aucun commentaire à faire dès lors que que tous les moyens ont été mis à contribution pour obtenir la libération de tous les otages. »  La question restera probablement de l'ordre du mystère, si l’on en juge par les dénégations régulières de Yaoundé sur le même sujet, lors des précédentes libération d’otages.  http://www.rfi.fr/afrique/20141011-cameroun-27-otages-liberes-boko-haram/

Yaoundé (AFP) - Vingt-sept otages chinois et camerounais enlevés en mai et juillet dans l'extrême-nord du Cameroun ont été libérés dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé le président Paul Biya.

"Les 27 otages enlevés le 16 mai à Waza (extrême-nord du Cameroun) et le 27 juillet à Kolofata ont été rendus cette nuit aux autorités camerounaises", indique M. Biya dans un communiqué lu samedi matin sur les antennes de la radio d'Etat.

"Les 10 ressortissants chinois, l'épouse du vice-Premier ministre (camerounais) Amadou Ali, le lamido de Kolofata et les autres membres de leur famille enlevés avec eux sont sains et saufs", assure le chef de l'Etat camerounais, dont le communiqué reste imprécis sur les contours de cette libération.

Dans la nuit du 16 au 17 mai, des hommes armés avaient attaqué un campement d'ouvriers chinois à Waza, avant de tuer un militaire camerounais et d'enlever dix Chinois.

Les autorités camerounaises avaient attribué le rapt des Chinois au groupe islamiste nigérian Boko Haram - mouvement qui mène une insurrection dans le nord du Nigeria voisin depuis 2009.

Le 27 juillet, deux attaques simultanées, également attribuées à Boko Haram, avaient visé la résidence locale du vice-Premier ministre chargé des relations avec le Parlement, Amadou Ali, dont l'épouse avait été enlevée, et le Palais du Sultan de Kolofata, Seiny Boukar Lamine, qui avait lui aussi été kidnappé avec son épouse et leurs cinq enfants.

Au moins 15 personnes avaient été tuées lors de ces attaques.

 

Paul Biya: "Ce n’est pas le Boko Haram qui va dépasser le Cameroun"

Paul Biya "Ce n'est pas le Boko Haram qui va dépasser le Cameroun © Angelucentral

 Cameroun - Bavure langagière: Paul Biya assimile les nationalistes et l’opposition à Boko Haram
http://www.cameroon-info.net/stories/0,62301,@,cameroun-bavure-langagiere-paul-biya-assimile-les-nationalistes-et-l-oppo

Un récit de l'attaque terroriste de la secte islamiste Boko Haram chez le vice-premier ministre du Cameroun, Amadou Ali: http://www.camer.be/35055/11:1/cameroun--kolofata-la-tragedie-de-famille-ali-cameroon.html#.U9mP886bQAk.facebook

sition-.html

Attaques terroristes au Cameroun: La déclarations du porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes :

Affaires Etrangeres France:Camer.be

 

La France condamne les attaques terroristes perpétrées dimanche 27 juillet à Kolofata, dans le nord du Cameroun, à proximité de la frontière nigériane, qui ont fait plusieurs victimes.

Dans ce moment difficile, la France présente ses condoléances aux familles des victimes et assure les autorités camerounaises de sa solidarité dans la lutte contre le terrorisme, dans le respect des droits de l’Homme, à laquelle elle continuera à prendre toute sa part.

Elle salue la mobilisation des pays de la région depuis le sommet de Paris du 17 mai dernier pour apporter une réponse coordonnée à ce fléau, notamment au moyen de la force multinationale créée le 22 juillet par les gouvernements nigérian, camerounais, nigérien et tchadien

© Source : diplomatie.gouv.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.