TOXICITE DU NEOLIBERALISME.

Nous sommes tous intoxiqués par le néolibéralisme c'est pourquoi il résiste au changement car nous en sommes le vecteur .

Il est encore difficile de prendre conscience de notre immersion dans ce système et d'évaluer notre niveau d'addiction à son offre .

La sobriété heureuse prônée par quelque uns est loin d'être adoptée massivement car notre boulimie et notre gout pour la survie individualiste  reste la facette du capitalisme qui compte bien  rempiler sur encore une génération .

Collectivement notre encéphalogramme est plat nous avons perdu les savoirs de base pour  communiquer entre nous 

et notre isolement  fait de nous déjà des survivants à ce monde qui inexorablement décline .

Nous savons tous que le chamboulement que demande notre époque pour répondre au dérèglement climatique en cours en terme de renoncement à la mobilité , renoncement à la consommation en énergie nucléaire, renoncement aux achats en ligne , pour s'ancrer dans l'ici et maintenant tord tant de nos habitus que 'l'apres moi le déluge' reste la pensée dominante.Le mal n'est donc pas extérieur à nous comme force qui viendrait ralentir nos velléités de changement mais bien en nous un mal qui ressemble à nos faiblesses ,à sacrifier une part de nos modes de vie pour les autres générations.

Nous sommes devenus des êtres sans semblables , des prédateurs que rien n'ébranle sinon dans les discours .

Un par/ être qui cache notre misére , nos peurs , à devoir mobiliser nos corps englués dans des conforts mortifères .

Cette époque appartient à notre jeunesse qui hélas aussi consomme des déchets nucléaires en masse qui ne pourront être inoffensifs que dans 400 000 ans .

A croire que nos modes de vie sont destinés à atteindre  un niveau de toxicité ingérable  pour la planète  .

Les communes sont les premières dans le viseurs pour réadapter nos mode de vie sur le local . Ces maires regardent ailleurs . Rien aujourd'hui peut nous assurer qu'on atteindra la ligne de flottaison dans dix ans .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.