Cantate des Jeux : dix-huit; et bientôt déjà vingt...

Et toujours des grilles, des charades, des photomachins que les un(e)s posent et les autre-e-s résolvent quand ce n'est pas l'inverse. Mais l'un dans l'autre, on se régale, on rit, on cherche, on sèche sans pleurer, on trouve sans leurrer...

Avec ce tome XVIII, on change de Bourbon.

Louis XVI décollé, Louis XVII étiolé, plus de Bourbon directs. Plan B : Le gros frère du boulanger à sa boulangère et à son petit macron mitron est disponible au catalogue. Une fois l'impérieux conquérant de l'inutile confiné dans son île, c'est sous le nom de Louis XVIII que le gros restauré dans les deux sens du terme (*) s'installe sur le trône qui accueillit en d'autres temps les séants de quelques Louis, François, Henri, Charles (pas de Gaulle), Philippe (pas Édouard), etc.

Mais foin de ces futilités monarchisantes. Place aux choses sérieuses.

Et pour commencer, les traditionnels rappels :

Un fil florilège réunit la crème des grilles, charades, photoschtroumpferies et tutti-quanti.

https://blogs.mediapart.fr/joelmartin/blog/021117/cantate-des-jeux-les-meilleures-prestations

Chaque auteur(e) choisit les cinq meilleurs  (à son avis) de ses chefs d'oeuvre et les dépose dans un fil intermédiaire :

https://blogs.mediapart.fr/joelmartin/blog/041117/cantate-des-jeux-une-preselection-des-meilleures-prestations

Tout chef-d'oeuvre qui attire au moins cinq recommandés est jugé digne de figurer dans le florilège.

Les solutions de toutes les énigmes sont postées sur :

https://blogs.mediapart.fr/joelmartin/blog/101017/cantate-des-jeux-solutions-des-pieges

Tout le monde peut venir jouer en postant des énigmes et/ou en les résolvant.

Il est temps de réactiver Monsieur de La Palice : Ce tome est le suivant du précédent :

https://blogs.mediapart.fr/joelmartin/blog/281117/cantate-des-jeux-xvii-joue-toujours-avec-son-q-i

Bienvenue à toulmonde !
________________________
(*) - Ce gros mangeur déjà abondamment restauré vu son embonpoint, le fut deux fois sur le trône. Une première fois avant le retour inopiné de l'Elbois, une deuxième fois après la morne plaine que rendit célèbre l'apostrophe organique d'un général connu pour son mot dont il a l'honneur de porter le nom. La petite histoire ne précise pas si ce monarque sphérique se sentit fêlé après ces multiples restaurations...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.