La nouvelle ne fait pas grand bruit, et pourtant, le Directeur Général de Tata Motors a été déclaré « suicidé » le 27 janvier 2014, à Bangkok, alors qu’il s’y était rendu pour participer à une réunion du Conseil d’Administration de Tata Motors Thailand Ltd.

Retour sur cette troublante et soudaine disparition.

Karl Slym, un homme d’affaires Britannique de 51 ans, est devenu Directeur Général de Tata Motors en 2012. Pour rappel, Tata est une multinationale Indienne d’automobiles. Elle a beaucoup fait parler d’elle ces dernières années, proposant des véhicules peu onéreux (comme la Tata Nano) et surtout elle se classe au 4e rang mondial de constructeurs de camions et au 2d rang de constructeurs d’autobus.

Le petit poucet de l’automobile n’a cessé de faire des pas de géants, lorsque la firme acheta Jaguar Land Rover de Ford en 2008. Et puis, vint la fameuse voiture à air. Oui, ce que bon nombre de personnes attendent dans ce bas monde, est l’initiative de Tata. Une voiture capable de fonctionner sans carburant, mais uniquement avec l’air que l’on respire.

Une révolution dans le monde automobile. Elle devait être commercialisée fin 2013 mais c’est normalement en ce début d’année qu’elle devrait fouler les routes Indiennes.

Cette voiture baptisée « Mini Cat  », coûterait la modique somme de 5225€. Encore un coup de génie de la part de Tata. Certes la voiture est assez rustique et ses options basiques (éclairages, clignotants, poste et même la climatisation en autonomie, avec le système d’air comprimé qui expulse l’air du tuyau d’échappement entre 0 et 15°), mais son mode de carburant (l’air) est totalement gratuit, ce qui en fait un moyen de locomotion peu onéreux, économe et écologique.

Mais là ne s’arrêtent pas les prouesses de la Mini Cat : son kilométrage est ni plus ni moins que le double d’une voiture électrique dernier cri ! Elle a une autonomie de 300Kms, se recharque en quelques minutes dans une station spéciale ou en 3-4 heures à domicile. De plus, elle ne peut rouler au-delà de 105km/h, ce qui en fait une voiture de ville parfaite. Très simple, elle nécessite très peu d’entretien et lorsque cela est le cas, les frais sont très en dessous des tarifs pratiqués ne serait-ce qu’en France.

La firme Indienne a donc réalisé un petit bijou automobile, tant sur le plan financier, que sur les plans économiques et écologiques. De quoi faire trembler toute l’industrie automobile, ainsi que les compagnies pétrolières….

Même si, pour le moment le véhicule n’a pas encore roulé sur les routes Indiennes, il y a fort à parier que son homologation en Europe (et dans le reste du monde) posera très certainement problème… Sans compter que le Royaume Uni ainsi que l’Australie, ont déjà annoncé un projet, visant à taxer l’air !... Un signe ?

Après « l’étrange » destruction totale de l’usine automobile Japonaise Genepax en 2011 (après le séisme), qui s’apprêtait à mettre sur le marché sa voiture à eau (Voir reporatage sur le sujet ici ) , voici venu l'heure de Tata, de faire face à un « suicide » et non des moindres : celui de son Directeur Général.

 Bien sûr, la police a trouvé, ce qui pourrait être une lettre de suicide dans la chambre d’hôtel de Karl Slym. Néanmoins, la chute du 22e étage, par une fenêtre plus qu’étriquée par laquelle « il a fallu qu’il fasse un effort pour passer à travers », d’après le Lieutenant-Colonel de Police Somoyot Boonnakaev, semble toutefois tirée par les cheveux.


L’enquête est en cours, une analyse graphologique concernant la lettre qu’il aurait laissé doit confirmer ou pas, qu’il s’agisse bien de son écriture et délivrerait donc la ou les raisons qui l’auraient poussé à se jeter de sa fenêtre. La femme du Directeur Général était visiblement présente au moment de sa mort mais ne peut répondre aux questions de la police, car elle est en état de choc.


Comble de l’ironie, c’est Karly Slym qui a re-propulsé la Nano sur le marché, après l’échec commercial lors de sa sortie initiale et qui a réussi à faire de Tata, une multinationale sur laquelle il fallait désormais compter dans le monde automobile.

Si pour certains, ce suicide n'en est pas un est ne résulte que d'une pression des lobbies, pour le moment, aucune lumière supplémentaire n’a pu être faite sur les causes de la mort de Karl Slym. L’affaire suit son cours, mais il y a peu de chances pour que la presse relate la suite des événements.

La Mini Cat pourrait alors, rester dans les usines Indiennes, encore un certain temps.

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/tata-un-suicide-qui-tombe-a-pic-147285

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

DES NOUVELLES DE LA MINICAT DE TATA

 Pas que des bonnes nouvelles. Prévue pour début 2013, la voiture à air comprimé de TATA serait commercialisée à partie du mois d'août en Inde pour un prix largement supérieur à celui annoncé (plus de 5000 euros). Quand aux européens, ils devront patienter longtemps avant que ce véhicule ne soit autorisé à circuler sur les routes de leurs pays.

minicat.jpeg


La voiture à air comprimé, développée par l’ex-ingénieur de formule 1 Guy Nègre de MDI basée au Luxembourg, utilise l’air comprimé pour pousser les pistons de son moteur et faire avancer la voiture.

Les constructeurs français à la botte des lobbys pétrolier ont, bien sûr, refusé de la produire, laissant aux Indiens cette opportunité. On ne se refait pas…!!!!???

La voiture à air comprimé , appelée « Mini CAT » pourrait coûter autour de 365 757 roupies en Inde soit 8177 $, c’est-à-dire 5 225 € !!

La Mini CAT est un simple véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire, un corps en fibre de verre qui est collé pas soudé et alimenté par l’air comprimé.

Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture. Un petit émetteur radio envoie des instructions à l’éclairage, clignotants et tous les autres appareils électriques sur la voiture : qui ne sont pas nombreux.

La température de l’air pur expulsé par le tuyau d’échappement se situe entre 0 -15 degrés en dessous de zéro, ce qui le rend approprié pour une utilisation pour le système de climatisation intérieur sans avoir besoin de gaz ou de perte de puissance.

Il n’y a pas de clé, juste une carte d’accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche. Selon les concepteurs, il en coûte moins de 50 roupies (1€ = 69 roupies) par 100 km, c’est à peu près un dixième du coût d’une voiture fonctionnant au gaz.

Son kilométrage est d’environ le double de celui de la voiture électrique la plus avancée, un facteur qui en fait un choix idéal pour les automobilistes urbains. La voiture a une vitesse de pointe de 105 km /heure (c’est parfait puisqu’il ne faut pas dépasser le 90 voire le 70 Km/h et 50 en ville) ou 60 Mph et aurait une autonomie d’environ 300 km ou 185 miles. Le remplissage de la voiture aura lieu dans les stations-service adaptées avec des compresseurs d’air spécifique. Remplir ne vous prendra que deux à trois minutes et coûtera environ100 roupies (1€= 69 roupies) et la voiture pourra faire encore 300 kilomètres. Cette voiture peut également être remplie à la maison, il faudra alors 3 à 4 heures pour remplir le réservoir, mais cela peut se faire pendant que vous dormez.

(Le réservoir se recharge sur une simple prise électrique en 4h pour un coût de 1,50 € et permet une autonomie de 150 km. On se penche actuellement sur une pompe à air comprimé, ce qui permettrait de faire un plein du réservoir en 3 minutes chrono pour un coût d’environ 2,50 euros.).

Parce qu’il n’y a pas de moteur à combustion, le changement d’huile (1 litre d’huile végétale) n’est nécessaire que tous les 50.000 km ou 30.000 miles. Grâce à sa simplicité, il y a très peu d’entretien à faire sur cette voiture. Cette voiture à air semble presque trop belle pour être vraie !!!

Les groupes de pression et les hommes de pouvoir auront-ils encore le dernier mot ?

NON, NON ET NON !!!!!

Sans compter que nous respirerons « enfin », un air SAIN dans les villes !! …