Merci Monsieur le Président

Merci Monsieur le Président, d'avoir reconnu les massacres du 17 octobre.

J'avais 13 ans et j'habitais Nanterre non loin de la gare.
Mon lycée( en préfabriqué, annexe de Condorcet) était séparé du bidonville par le stade.

J'ai vu les " algériens " partir à la manifestation avec femmes et enfants, habillé en Dimanche, pacifiques et souriants
Je les ai vu revenir défaits, certains sans chaussure, d'autres les perdant parce que trop grandes, s'enfuyant en courant, ensanglantés

J'ai côtoyé certains qui m'ont raconté…

J'avais 13 ans et ce jour là, une nouvelle fois, j'avais honte pour mon pays

On m avait raconté la guerre, la déportation des juifs et les camps d'extermination.
On m'avait raconté l'esclavage et j'ai vu la ségrégation au Etats Unis à la télé

Mais, le 17 octobre 1961, j'avais 13 ans, j ai compris ce qu'il pouvait y avoir de plus mauvais dans les politiques des hommes parce que je l'ai vécu.


La culpabilité des responsables politiques et la lâcheté des exécutants ne seront jamais punis mais au moins on reconnait et on assume : C'est ce qui fait garder l'espoir dans nos valeurs et fait de nous des êtres humains

Donc : Merci donc Monsieur le président

J'ai attendu longtemps, inconsciemment, cette reconnaissance des faits et aujourd'hui, je retrouve un peu la paix… plus de 50 ans après donc Merci

Et à ceux qui critique cet acte de reconnaissance , honte à eux.
Par stratégie politique politicienne, ils foulent les valeurs et principes qu'ils disent défendre, ils foulent les victimes des camps, les victimes des ségrégations, les victimes des génocides…
Qu'ont-ils de différent avec des " collabo " et des terroristes… puisque que pour eux la fin justifie les moyens..
Honte à eux et qu'ils aillent au diable, c'est ce qu'ils méritent ...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.