Eric Lapierre nous fait visiter sa tour

Dans le cadre des "workshops" organisés par la mairie de Paris, l'architecte Eric Lapierre a déposé un projet de tours de 50 étages à Masséna. Explications.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

Eric Lapierre est architecte. Dans le cadre des "workshops" lancés par la mairie de Paris, il a proposé un projet pour le site Masséna, qui n'a pas laissé la Ville insensible. Il a en effet travaillé sur une idée qui a plu: construire des immeubles de logements de 50 mètres de hauteur, soit 16 étages.

Son projet est d'ampleur. Sa réflexion ne peut porter que sur de grandes opérations. «Il faut renouer de manière raisonnée avec certaines conceptions des années 60. A l'époque, on faisait 150 ou 200 logements d'un coup. C'est le seul moyen pour organiser la densité de manière raisonnée.»

En effet, le travail d'Eric Lapierre, en travaillant sur la hauteur, mais aussi sur la profondeur, est assez révolutionnaire. Alors qu'en général le COS à Paris (densité de construction admise sur une propriété foncière en fonction de sa superficie) est de 3,25, il propose de le doubler pour le porter à 6. Et donc de créer deux fois plus de logements.

© 
© 

Pour Mediapart, il explique les avantages à tirer de telles constructions.

Tous les services que peut apporter une tour

© 
© 

Eric Lapierre explique l'aspect durable de ces constructions

© 
© 

Fin de l'interview. Eric Lapierre précise sa pensée sur la densité.

© 
© 

Michaël Hajdenberg

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne