Michèle Alliot-Marie veut installer la police au cœur de nos ordinateurs

Par
Le ministère de l'intérieur veut autoriser la police à espionner les ordinateurs. Leurs contenus deviendraient consultables par les autorités, en temps réel, grâce à des «mouchards» électroniques. Mediapart décrypte cette disposition qui figure avec de nombreuses autres mesures dans le projet de loi présenté, le 27 mai, au conseil des ministres. Entre autres problèmes: le contrôle de ces intrusions informatiques doit être exercé par les juges d'instruction dont Nicolas Sarkozy a, pourtant, annoncé la prochaine disparition.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Au nom de la lutte contre la délinquance organisée et la criminalité, le ministère de l'intérieur veut autoriser la police à espionner les ordinateurs. Cette innovation policière majeure figure dans un projet de loi d'un genre fourre-tout (des délits routiers à l'intelligence économique) qui vient d'être présenté au conseil des ministres du 27 mai. «Le projet donne aux enquêteurs la possibilité de capter en temps réel les données informatiques telles qu'elles s'affichent à l'écran d'un ordinateur ou telles qu'elles sont introduites lors d'une saisie de caractères», note le texte présenté par Michèle Alliot-Marie.