Un trader dans la manif

Par et
Derrière la banderole, un trader. Il revient sur son implication dans les manifestations du 29 janvier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Plus de taxes sur le capital, moins de taxes sur le travail, on veut nos milliards!» Contre toute attente, derrière la banderole, un trader. De son balcon, sur les grands boulevards, il attend le cortège pour rejoindre les manifestants. Un jour de grève? Non, pour lui, c'est un jour de congé. «Je ne voulais pas attirer l'attention des ressources humaines à quelques jours de l'attribution des primes», explique ce courtier en devises de 31 ans.
Il travaille depuis sept ans dans une grande banque. «Quand j'ai dit à mes collègues que j'allais manifester, certains ont ri. L'un d'eux m'a lancé: "Tu ne gagnes pas assez?"» Moins bon enfant, un autre salarié l'a vivement pris à partie: «Y'en a marre des grévistes. Moi, je vais aller leur casser la gueule!» Il en sourit aujourd'hui.