Ces irresponsables qui nous gouvernent

En ce début du 21ème siècle, nous assistons impuissants à la montée du repli sur soi et de l'incompréhension mutuelle. Sommes-nous fatigués d'être en paix? Avons-nous oublié la fraternité, l'égalité et la liberté? Pourquoi chaque matin , je ressens un peu plus la crainte de la guerre?

Je n'ai pas une grande habitude de l'écriture. Il me parait tout de même important d'exposer mes inquiétudes face à l'accélération des événements récents.

depuis plusieurs mois nos gouvernants se complaisent dans la surenchère sécuritaire et nationaliste, en réponse disent-ils aux attaques terroristes que nous subissons.

cette attitude est tellement disproportionnée et tellement à côté de la plaque qu'elle ne peut avoir d'autre conséquence que de nous précipiter nous-mêmes dans le chaos et l'obscurantisme que nous prétendons combattre.

le repli sur soi appelle la méfiance de l'inconnu et finalement son rejet comme seule réponse alors que nous devrions faire tout le contraire, comprendre les souffrance s et organiser l accueil de ceux qui fuient la barbarie

 

notre seul ennemi est l'obscurantisme qui engendre la haine et le totalitarisme.

cessons d'acheter des bombes et investissons dans des espaces d'accueil, des lieux de prière et des moyens pour permettre à ces réfugiés d'imaginer un nouvel avenir parmi nous . Transformons ces difficultés et ces situations dramatiques en force pour enrichir nos cultures et finalement vaincre l'obscurantisme.

la double nationalité est une richesse que nous devons offrir généreusement à tous ceux qui ont perdu leurs perspectives d'avenir.

notre société est responsable des monstruosités qu'elle engendre. La fraternité est remplacée par la compétition et la jalousie, les rancœurs. De pures valeurs du capitalisme qui ne mènent nulle-par, ou plutôt si : Tout droit vers la paupérisation des peuples et en fin de parcours vers l'obscurantisme.

les hommes politiques sont censés montrer l'exemple

 

 encore faut-il qu'ils en soient capables. Certains, lorsqu'ils accèdent au pouvoir, perdent le sens des réalités. Ils sont comme digérés par le système étatique.

c'est pourquoi j'ai le sentiment d'avoir été abandonné et le pays livré à la survenance des événements, sans gouvernail dans la tempête, en pleine perdition.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.