jpoussi
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 févr. 2021

Laurent Gbagbo en exil forcé ; une honteuse nécrose politicienne !

Depuis 2010, Mr Ouattara et ses alliés livrent une guerre sans fin à Laurent Gbagbo pour l'écarter définitivement de la scène politique ivoirienne. Malgré cet acharnement, les intellectuels africains continuent méthodiquement le combat de la liberté de l'Afrique. Le professeur Raphael Dagbo, fait une analyse critique des pratiques ignobles du clan Ouattara en complicité avec la CPI.

jpoussi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une requête mémorable introduite le 07 octobre 2019, Me. Emmanuel ALTIT et associés demandaient à la CPI « d’ordonner la mise en liberté immédiate et sans condition » du Président Laurent Gbagbo. Ils soutenaient que la semi-liberté imposée à leur Illustre client « n’était fondée ni juridiquement ni factuellement ». L’audience du 06 février 2020 qui s’en est suivie avait donc un objet clairement identifié : examiner les arguments des parties à ce procès aux fins de lever ou pas les restrictions à la liberté du Président Laurent Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé. Le procès entrait ainsi dans une phase décisive et c’est ici que se produisit un coup de théâtre inédit depuis 8 ans que durait cette sombre affaire. Le gouvernement de Côte d’Ivoire qui, comme l’avait clairement affirmé Me. Emmanuel ALTIT, n’était en rien partie au procès, dépêcha à la Haye ses avocats avec comme porte-parole Me Jean-Pierre Mignard. Il s’agissait de suppléer le naufrage que constituait pour le gouvernement ivoirien, l’échec retentissant de la Procureur Fatou Bensouda, après la décision sans appel, adossée à ce cinglant : « des preuves d’une exceptionnelle faiblesse » de la chambre de première instance de la CPI.

 De l’intervention de Me. Mignard, nous retiendrons pêle-mêle : « Laurent Gbagbo reste au procès… » malgré l’acquittement… ; « nous insistons pour que cette procédure aille jusqu’au bout…la justice est de tout temps et doit aller jusqu’au bout…, nous sommes les avocats d’un gouvernement qui est garant de l’ordre public dans son pays… ». En ces termes, cet avocat plus politicien que juriste faisait écho à un autre de sa bande, Me. Meïté qui affirmait plus nettement encore à l’endroit du Président Laurent Gbagbo : « il nous semble bien tôt que Laurent Gbagbo revienne dans son pays ».

Sous le feu roulant des critiques du monde politique de tous les continents, des spécialistes du droit, des intellectuels de tout bord et de toutes les disciplines, la CPI et M. Dramane Ouattara organisent une véritable nécrose politicienne. La chambre d’appel laisse hypocritement pendante sa décision de libérer purement et simplement des personnes acquittées et lavées « de toutes les charges qui pesaient contre elles ».  Pour faire bonne mesure et tenter de redorer son image totalement ternie, cette cour pénale internationale fabrique un clair-obscur en desserrant juste un peu l’étau des entraves aux libertés de Laurent Gbagbo et Charles Blé Gougé. Elle donne théoriquement l’illusion qu’ils peuvent, s’ils le désirent, rentrer dans leur pays. M. Dramane Ouattara a donc carte blanche pour mettre en place des manœuvres d’exclusion du Président Laurent Gbagbo de la scène politique de son pays en tant qu’acteur direct. Tout se passe comme on le ferait d’un oiseau auquel l’on attache un fil à la patte en faisant croire qu’il est libre de s’envoler. Ainsi chaque fois que ce sera nécessaire, la cour constitutionnelle ivoirienne qui est à la solde de M. Dramane Ouattara sera activée pour rejeter toute participation du Président Laurent Gbagbo voire de ses plus proches collaborateurs comme actuellement le Ministre Justin Koné Katinan, ou M. Damana Adia Pickass et bien d’autres à toutes compétitions politiques. Ces agissements mafieux ont pour but essentiel de mettre Laurent Gbagbo à la retraite de la vie politique. Voilà comment une décision d’acquittement claire se transforme en une honteuse et cynique nécrose politicienne. M. Dramane Ouattara peut alors organiser un odieux chantage de bas étage à l’abri de l’opinion publique pour tenter d’obtenir la reddition pure et simple du Président Laurent Gbagbo si celui-ci veut rentrer dans son pays la Côte d’Ivoire. Il essaie ainsi d’arriver par d’autres voies à ce à quoi l’effroyable et sanglante guerre qu’il a déclenchée en 2010-2011 ou bien l’acharnement d’un procès en sorcellerie de 8 ans, sans compter le financement ou encore l’organisation de l’émiettement du FPI de Laurent Gbagbo, ne lui ont guère permis d’accéder jusque-là. Quelle constance dans la haine et l’inextinguible soif de destruction !

Que M. Dramane Ouattara et son régime mais aussi ses complices en Côte d’Ivoire ou à l’extérieur ne croient pas un seul instant que nous ignorons toutes ces basses manœuvres. Mais autour du Président Laurent Gbagbo, nous ne disposons ni d’armes létales ni d’armées pour les servir. Nous sommes des démocrates. Mieux, nous sommes pour beaucoup d’entre nous des ivoiriens ou de vrais amis de la Côte d’Ivoire, qui savons que nous avons tout à perdre dans la violence : notre pays, des amis, des parents, une jeunesse innocente… bref, des vies. Nous sommes profondément convaincus que seules la paix et la réconciliation non contraintes préservent la cohésion des peuples et surtout, les vies humaines. Trop de sang a coulé, trop de larmes aussi pour en rajouter chaque fois une couche douloureuse supplémentaire. Mais ce dont nous sommes totalement certains par-dessus tout, c’est que l’Histoire a une mémoire qui sait se souvenir.

 Raphaël DAGBO

Président de l’Association des Amis de Laurent Gbagbo.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica