Lettre ouverte au député de Haute-Savoie, Lionel Tardy.

 Annecy, le 08 juin 2014,

Monsieur le député,

Il se trouve que j'ai eu le plaisir d'enseigner au collège de Poisy il y a quelques années. Il se trouve que j'ai été le professeur de votre fils, qui se trouve toujours dans ce collège. Il est donc un camarade du jeune Berlin, menacé d'expulsion par les autorités de l'Etat.

Quand les gendarmes viendront le chercher le 9 juin prochain, pensez-vous que l'atmosphère sera tenable pour tous les enfants de ce collège ? Pensez-vous que nos enfants seront indifférent au spectacle de l'un des leurs, arraché aux siens ?

Non. Car l'humanité de nos jeunes est le premier ressort sur lequel se construit leur citoyenneté. Et face à l'absurdité des politiques d'expulsions, menées depuis tant d'années par les gouvernements successifs, le ciment républicain se construit à l'école, celle de la nation, qui accueille, éduque et forme quiconque est prêt à souscrire au contrat politique : Liberté, Égalité, Fraternité.

Cette politique d'expulsion ne mène nulle part. Elle n'a eu aucun effet sur la crise économique que traverse notre pays, pour la bonne raison qu'il est établi que les travailleurs émigrés rapportent plus qu'ils ne coûtent à la collectivité ! Elle ne contribue qu'à atomiser davantage le peuple en ajoutant une violence de plus à une société qui la subit déjà de plein fouet.

Votre fils a-t-il demandé sa carte de séjour au jeune Berlin le jour où il l'a croisé dans la cour du collège ? A-t-il dû attendre une autorisation administrative pour pouvoir jouer avec lui ? Non, tout cela est absurde.

« Toutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants. (Mais peu d'entre elles s'en souviennent.) » dit le romancier. Pourra-t-on, dans un cas aussi critique, recevoir la leçon de nos enfants qui se sont mobilisés à travers les réseaux sociaux, à travers une pétition, à travers un rassemblement sur la brocante de la commune ?

Je vous demande, monsieur le député, d'intervenir publiquement contre l'expulsion imminente de ce jeune homme et de sa famille. Vous en avez le pouvoir. Vous en avez le devoir.

Salutations républicaines,

Julian Augé, co-secrétaire du Parti de Gauche de Haute-Savoie.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.