Julian AUGE
Professeur de Lettres
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2014

À Annecy, on aime les bus gratuits ! - et n'en déplaise à J.-L. Rigaut son maire ...

Julian AUGE
Professeur de Lettres
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Merci à Jean-Luc Rigaut, maire d'Annecy, qui a vivement réagi à la campagne en faveur des bus gratuits menée par la liste Annecy Résolument à Gauche auquel le Parti de Gauche participe activement ! Cette campagne gagne à être connue ne serait-ce que pour le bonheur qu'elle suscite parmi les militants qui, à chaque rencontre sur un marché, à chaque discussion avec des amis, ressortent le cœur léger, loin des comptes d'apothicaires, loin des lamentations sur la crise et la productivité, loin de la xénophobie, l'homophobie, l'esprit de clocher, la résignation, l'antisémitisme, la haine, l'aigreur dont nous ont accablés les pitoyables « débats » publics de ces derniers mois.

Oui, parler de la gratuité c'est rêver, c'est sentir toute la potentialité d'un monde émancipé de la marchandise. Cela a bien quelque chose à voir avec l'utopie au sens étymologique du mot, puisqu'il s'agit de redéfinir le lieu (topos) selon une norme qui n'existe pas ou qui n'existe plus : la liberté d'aller et venir, de circuler à travers la ville. La ville est désormais accessible à tous quel que soit son revenu ! Le revenu qui conditionne tant de choses : l'achat ou non d'une voiture (son assurance, son carburant, son entretien …) ; l'achat d'un abonnement de bus annuel, ou des tickets à l'unité toute l'année si l'on ne peut pas avancer l'argent d'un seul coup (et donc surcoût ...) ; le choix du quartier ou même de la commune où l'on pourra s'installer et vivre (et oui on profite un peu moins facilement du lac à Meythet ou à Sillingy qu'à Menthon ou Saint-Jorioz …).

Quand on imagine toutes les potentialités redéployées par la gratuité on est heureux, on sent que rien n'est perdu, que tout est entre nos mains. Le philosophe Jean-Louis Sagot-Duvauroux, qui était venu présenter son livre Liberté, Égalité, Gratuité ! à Annecy il y a un an, me confia à la fin de la réunion, qu'il affectionnait faire des conférences sur ce sujet car il en ressortait toujours plus d'enthousiasme que d'affrontements !

Et bien pourtant il y en a bien qui semble être aigri par le sujet. Il s'agit maire d'Annecy, Jean-Luc Rigaut ! Ce dernier s'est offusqué sur son blog d'une « véritable pollution visuelle et une atteinte à chacun des Annéciens » à propos de l'autocollant que nous avons fait tirer à 2000 exemplaires et distribué largement autour de nous. Même le cœur rouge et le sourire des passagers du bus sur notre dessin, n'ont pas réussi à l'adoucir ! Le pauvre homme. Ce doit être bien triste en effet d'être, contre vents et marées, un chantre de l'austérité et de la loi du marché. Des coûts, voilà ce que représente pour lui notre autocollant. « J’ai demandé à ce qu’il soit procédé à l’identification, par tous les moyens possibles des auteurs de cette pollution, à qui, il sera facturé les heures de travail pour la faire disparaître. » Proteste-t-il avant d'ajouter : « Ce n’est pas aux Annéciens de payer pour ceux qui commettent des incivilités. » Leur abonnement de bus leur coûte bien assez cher.

Mais ce M. Rigaut à l'indignation sélective il me semble. Car les autocollants de la candidature aux Jeux Olympiques « Annecy 2018 » n'ont pas suscité chez lui le même émoi. Il faut dire qu'avec le massacre programmé du Pâquier où devait s'installer le stade olympique, « l'enlaidissement » lié à ces autocollants était tout relatif.

Quant à la « pollution » visuelle en effet, le maire d'Annecy soulève-là une importante question. Et mieux vaut tard que jamais ! Un autocollant de 7 x 10 cm est une pollution visuelle insoutenable, mais un panneau publicitaire de 120 x 70 cm sur chaque abribus là c'est tout à fait supportable … voir agréable dans le fond. Là aussi l'adaptation du maire de ans sa faculté de juger est formidable ! À moins que l'image véhiculée par Annecy Résolument à Gauche ne représente pas le même intérêt pour lui que celle proposée par … J.-C. Decaux ?Je pense d'ailleurs que c'est là que se trouve la clé de la question : pour ces belles personnes, ce qui est beau c'est ce qui rapporte du fric, le reste n'a pas droit de cité. Et bien nous nous sommes pour sortir des pans entier de l'économie du sercteur marchand. C'est clair non ?

Et s'il faut reparler de pollution, je dirais : que chacun se choisisse un adversaire à sa taille ! Jean-Luc Rigaut mènera le combat contre des autocollants et les tracts, quand nous menons le combat contre la pollution automobile. Notre campagne de gratuité s'appuie sur le combat frontal du tout-automobile porté sans interruption par les politiques de droite, et qui vaut à notre département des pics de pollution de plus en plus fréquents. Comment se rendre d'Annecy à Genève ? Pas par le train, par l'autoroute pardi - et en 4x4 s'il vous plaît, sinon ça fait mauvais genre ! Quel projet emblématique s'apprête à sortir de l'intelligence de ces belles personnes ? Le tunnel sous le Semnoz ! On manquait d'automobiles transitant par le bassin annécien !

En tout cas, nous qui nous plaignions d'être boudés par les médias, ça n'a pas traîné : le Dauphiné nous a contactés dans les heures qui ont suivi le billet d'humeur de M. Rigaut. Merci donc, et sans rancune !

Julian Augé, co-secrétaire du PG Haute-Savoie et représentant de la liste Annecy Résolument à Gauche.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé