julien lescaux
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2020

julien lescaux
Abonné·e de Mediapart

La CAF ne répond plus ou "KafCA(F)"

Lettre à la CAF

julien lescaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici ci-dessous un courrier que je viens d'adresser ce jour à la CAF dans le cadre d'une "dette" que la Caisse d'Allocations Familiales de la Drôme me demande de payer depuis janvier 2020. Ce courrier est ma cinquième tentative d'avoir ce à quoi tout administré a droit: une explication. Jusqu'à aujourd'hui, je ne reçois que des courriers me demandant d'honorer une "dette pour trop perçu" pour une période s'étalant sur 2018-2019. Jamais une explication chiffrée ne m'a été fournie. Parallèlement, ma dette est passée de 891 euros à 153 euros, avec plusieurs baisses / remises dont le montant est tout aussi incompréhensible que la "dette" initiale elle-même... Le seul échange humain que j'ai pu avoir a été avec le service téléphonique que la CAF a pour les questions de dettes. La personne à qui j'ai parlé n'a pas été en mesure de me donner l'explication demandée légitimement par moi. Elle a seulement pu me dire que j'avais eu droit à des remises, et qu'elle ne pensait pas qu'ils annuleraient totalement ma dette. Des remises sur une dette qui n'a aucun fondement démontré....Kafkaiën! La CAF, une machine à vous broyer, avec qui on ne discute pas apparemment. Tous les courriers reçus sont signés de la Directrice de la CAF de la Drôme.... mais cette personne existe-elle elle aussi....?

Madame, Monsieur,

Depuis janvier 2020, après plusieurs tentatives - de ma part - d'échanges et de demande d'une explication claire du pourquoi précis et détaillé de la "dette" que vous me demandez, vous persistez à me demander (par courrier postal) une somme qui serait une dette. À ce jour, malgré plusieurs courriers de ma part (dont une demande de conciliation amiable) + un échange téléphonique avec votre service "dette" le mois dernier, vous n'accédez toujours pas à ma demande tout à fait légale et légitime de la formulation d'une explication précise. Certes vous avez à plusieurs reprises diminué le montant de cette "dette", mais je n'ai là non plus aucune explication concernant les montants des diminutions... J'en viens donc - il me semble légitimement - et c'était déjà le cas dès mon premier courrier et ma demande de remise totale de dette, à m'interroger sur la réalité d'une telle "dette" . Vous conviendrez avec moi qu'en tant que citoyen, contribuable et administré, j'ai le droit comme tout un chacun à du respect, à savoir à des explications précises et chiffrées. J'ajoute - et je vous en ai fait part dès mon premier courrier - que de bonne foi j'ai de nouveau vérifié mes déclarations passées pour la période pour laquelle vous me réclamez un trop perçu, et qu'il s'avère que je ne constate aucune erreur de ma part. Je suis donc en droit d'avoir une réponse précise à ma question: l'erreur vient-elle de vos services? Quelle est-elle précisément? Cela fait plus de 6 mois que j'essaie par tout moyen à ma disposition d'avoir une réponse que vous ne me donnez pas. J'ajoute que ma situation, comme celle de beaucoup de français, s'est fortement compliquée avec le COVID 19 et que, en fin de droits Pôle Emploi, ma reprise d'activité partielle me place financièrement dans une tranche que je qualifierais de défavorisée. Autant d'éléments qui méritent, il me semble, à tout le moins une réponse personnalisée, et en reconnaissance de ma situation une exonération définitive de cette "dette" si tant est qu'elle est réelle. Je vous remercie par avance de l'attention avec laquelle vous traiterez ma demande on ne peut plus légitime. Veuillez agréer Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées. Julien Lescaux

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
La Fnac cède à l’extrême droite et retire un jeu de société « Antifa »
Des tweets énervés et mensongers émanant de l’extrême droite et d’un syndicat de commissaires de police ont convaincu l’enseigne de retirer un jeu de société édité par Libertalia. L’éditeur-libraire croule depuis sous les commandes.
par Christophe Gueugneau
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens