Dépasser l’entre-soi du débat politique à la télé

« Je vais vous le dire, moi, ce qu’ils attendent, les Français »… Pauvres de nous, invoqués à longueur d'ondes à l’appui des thèses de nos dirigeants. A la fois cible et sujet théorique du débat politique, le citoyen en est pourtant le grand absent. Sauf à travers une mise en scène médiatique visant à ne pas déranger les journalistes audiovisuels dans leur tête-à-tête avec les gouvernants.

Certes avec un peu de mauvaise foi, j’ai identifié cinq interstices où peut se glisser la voix des citoyens dans les émissions politiques. Zapping.
 
« Nous sommes allés dans la rue poser la question aux Français… »
Degré zéro de l’expression citoyenne, le micro-trottoir donne l’illusion de la proximité sans s’embarrasser avec l’objectivité. Vieux comme les JT, il est encore plébiscité par des médias trop pressés par la commande de l’actualité. Ou trop pauvres pour commander un sondage ?

« Les résultats de notre sondage sont sans appel… »
Ils sont pourtant si pratiques, ces sondages ! Pas de nuance. Pas de surprise… Et pas de contradiction sur le plateau. Déjà plus crédibles que les résultats de « la question du jour » sur le site internet d’un média, ils souffrent néanmoins de nombreux biais qu’on aime visiblement oublier.

« Regardons les réactions de la twittosphère… »
Un hashtag en forme d’acronyme lancé en début d’émission et le tour est joué. Il suffira au média désormais « connecté » d’incruster trois twitts en bas de l’écran pour disposer de son alibi participatif. On se demande pourquoi une émission du service public se donne la peine d’y répondre.

« Il y a ici une personne qui veut vous interpeller sur ce sujet… »
Avec le « panel de Français » en plateau, il faut reconnaître qu’on a franchi une étape... dans la télégénie. Encore faut-il ne pas se tromper sur le casting. Le « jeune de banlieue » aura-t-il la casquette de l’emploi ? La « professeure d’anglais musulmane » saura-t-elle tenir sa place ?

« Voyons si vous avez convaincu notre public… »
Ah, si, il y a bien le vote du public à la fin d’une émission de radio : « Lequel de nos deux orateurs vous a-t-il convaincu » ? C’est un peu les jeux du cirque, ce n’est pas très constructif, surtout si on ne compare pas avec la perception antérieure, mais ça a le mérite d’être clair…

Franchement ? Les médias ne pourraient-ils pas faire davantage confiance à l’intelligence de nos concitoyens ? Quel sujet devrions-nous impérativement traiter dans la prochaine émission ? L’avis de quel expert voudriez-vous entendre sur telle ou telle thématique ? Quelle ligne de fracture idéologique faudrait-il questionner ? Le débat politique, même et surtout dans les grands médias, mérite mieux que des artifices participatifs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.