Occitanie, objectif 1ère région à énergie positive, les communistes approuvent

Les élus de la région Occitanie, réunis en assemblée plénière, ont adopté le rapport concernant l’ambition régionale de devenir 1ère région à énergie positive. La délégation des communistes et apparentés est intervenue pour rappeler le caractère “réaliste et réalisable” du projet.

Yolande Guinle, conseillère régionale PCF des Hautes-Pyrénées © Julien Sueres Yolande Guinle, conseillère régionale PCF des Hautes-Pyrénées © Julien Sueres

Comme rappelé dans le rapport présenté, l'objectif de la Région de devenir la 1ère région d'Europe à énergie positive à l'horizon 2050 est certes ambitieux mais “réaliste et réalisable”, a insisté Yolande Guinle, conseillère régionale communiste des Hautes-Pyrénées. “Nous partageons la nécessité de mener dès aujourd'hui des actions volontaristes afin de lutter efficacement contre le changement et le dérèglement climatique”, a-t-elle rappelé.

Concernant le rapport en lui-même, l’élue de Tarbes est revenu sur quelques points. Notamment sur le logement, “que ce soit en matière de réhabilitation ou de construction, il est nécessaire et important de prioriser et de conditionner la participation et l'intervention de la Région sur des projets à destination des populations les plus fragiles”. Elle est revenu ensuite sur “l'éco-chèque logement” à destination des particuliers, la réflexion sur son évolution doit permettre de le rendre “accessible au plus grand nombre et en faire un véritable levier attractif et incitatif”.

L’élue communiste a abordé ensuite le développement du solaire et de l'éolien flottant qui, “devra répondre aussi aux besoins de réindustrialisation de notre Région car écologie et industrie ne sont pas incompatibles”, a-t-elle insisté. “Il devra être l'occasion de structurer de nouvelles filières industrielles créatrices d'emplois locaux, non délocalisables et productifs”.

De plus, elle a expliqué que “le soutien à la recherche devra certes cibler l'évolution des systèmes énergétiques et de la mobilité mais aussi prendre en compte la problématique du stockage, avec un soutien fort à la filière hydrogène qui ouvre de nombreuses perspectives, ainsi que la problématique de la nature des matériaux utilisés et de leur fin de vie”.

En effet, pour Yolande Guinle la structuration d'une filière économie circulaire devient “incontournable” et la réflexion sur l'après “devra être incluse dans tout projet”. Sur la question du financement de l'économie de la transition, elle a rappelé qu’il faudra être “très attentif et vigilants sur les protocoles conclus avec le secteur bancaire”, et ce afin que la “finance verte” ne devienne pas “une nouvelle niche lucrative avec ses travers néfastes”.

C’est donc un chantier énorme qui s'ouvre avec cet objectif de devenir “1ère Région à Energie Positive”, mais “les missions attribuées à l'Agence Régionale de l'Energie et du Climat devraient permettre de l’atteindre”, a-t-elle conclu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.