Qui puis-je faire pour vous ?

Quand en soi, rien n'est soi.

Quand en soi, rien n'est soi.

Linkedîner, ce n'est pas utile. On finit toujours seul, et abâtardi par le faux-semblant. On essaie autre chose, on va sur des contrées cérulées. Puis on finit Facebook-émissaire, alors, on s'en va. Souvent, on imagine se Whatsapper selon les nouvelles tendances, mais c'est toujours insuffisant pour le cannibal au clavier. On fait des efforts pour devenir un être ouvert et connecté au monde. Eros infini. On se trouve laideron, de face. Et franchement, Tinderrière, c'est pas beaucoup mieux. Et puis, on a des Instagram en trop, on pleure devant sa balance. On déprime, sur le canapé. On caresse son Snapchat.

C'est la billebaude, et la bile de Baudelaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.