Impressions de déjà-vu

Macron vampire - pire qu'un vamp ?

Jeunesse perdue dans les costumes..

Ouvre les yeux, tu es trop petit, trop gros, trop jeune, trop ci, trop peu, trop trop, au galop.

Devise d'un CEO macronien sur LinkedIn : On a la classe ou on l'a pas

Laquelle de classe ? La première, sur les rails du Paris-Lyon ? Non, pas les moyens..

Quelle bande de déconvenus, d'haricots blancs prédisposés à vous humilier, à vous dire que la dynamique n'est pas cuistre.

 

Rien à faire, nous, paraît-il.. Jalousie, amertume, et autres coquilles Saint-Jacques aigre-douces.. Voilà l'étiquetage à disposition. C'est même à nous de les coller, ces bricoles. Sur le front, voilà, bien fort : tu es nul, pas assez dynamique, pas assez souple. Baraterie du Curriculum Vitae ? alors dégage.

Casting évaluatif, sur votre apparence, vos performances ? C'est du déjà-vu, c'est du précuit, c'est même une industrie rose bonbon, la sucrerie du pervers abalourdi, vendue à des millions d'exemplaires - ou d'exemples pour certains.

Dur, dur. Un zeste de dépression, et cela fait du bien aussi. Décompresser, retirer la ceinture, le harnais, les bizarreries intériorisées. Marre de croire à leurs mythes ? Devenir millionnaire ? Et cela continue.. sans arrêt. 70 millions d'entassés dans la caverne de Platon, c'est beaucoup. On peut mourir d'asphyxie. C'est peut-être cela l'avenir. Ne pas avoir d'enfants, avoir un travail à la tâche, être un peu comme l'inverse du rêve.

Pas confiant, franchement pas confiant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.