LGT Jean Renoir: nouvelle démonstration devant le rectorat

Comme annoncé au rectorat par préavis, le personnel de la cité scolaire Jean Renoir s'est encore une fois largement mobilisé.

Dès 7 h 45, un piquet de grève a bloqué l'accès à la cité scolaire jusqu'au départ du cortège.

Environ 200 manifestants (une trentaine de profs, 7 parents et des dizaines de lycéens) se sont rendus à Créteil pour manifester au cri de : "Donnez nous un rendez-vous"). Les manifestants ont assiégé le rectorat pendant environ 2 heures. Finalement, d'un geste à la fois grossier et méprisant, un appariteur a transmis aux représentants syndicaux un morceau de papier sur lequel étaient griffonnés les mots suivants: "8 avril, 18 h 30".  

Alors que depuis plus de 10 jours, les personnels attendent que le rectorat leur propose un rendez-vous de travail, et malgré l'intervention du cabinet du ministre, ce n'est finalement que sous la pression d'une manifestation que le rectorat a enfin cédé. Les parents présents comme les personnels se sont étonnés que le rendez-vous ne soit pas fixé au 2 avril, date à laquelle les services de rectorat recevront les parents, mais séparément. Aussi les manifestants ont-ils redoublé d'énergie pour scander : « On veut, on veut le 2 avril ».

Manifestation devant le rectorat de Créteil Manifestation devant le rectorat de Créteil
Beaucoup de bruit pour rien , dirait l'autre ? Pas tout à fait : d'une part, le rectorat a cédé sur un rendez-vous dans les prochains jours, alors qu'il n’envisageait initialement de la faire que dans plusieurs semaines ; d'autre part, l'attitude du rectorat a scellé une union entre personnels et parents.

Décidément, rarement on aura vu un rectorat géré de manière aussi calamiteuse un conflit. Rarement, une administration n'aura montrée à la fois une telle incompétence, mais aussi une telle morgue et une telle suffisance.

Quoi qu'il en soit les personnels, les parents comme les élèves n'ont pas l'intention de céder. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.