Marine Le Pen couvre donc ses hommes quoi qu’il arrive. Vendredi, nous avons annoncé dans quelles circonstances nous avons été « pris à partie sur la voie publique, le 30 janvier, dans l’après-midi, par plusieurs individus accompagnant Axel Loustau, le trésorier de l’association de financement Jeanne ».

« Parmi eux, Olivier Duguet – ancien trésorier lui-même – a menacé de « tuer » notre collaboratrice, Marine Turchi. Ces menaces ont fait l’objet d’un signalement aux forces de l’ordre », avons-nous précisé. On guettait la réaction de la présidente du Front national que certains jugent plus « républicaine » que son père. Serait-elle embarrassée ? Prendrait-elle ses distances ? Pas du tout.

Marine Le Pen a prétendu au Grand jury sur RTL, dimanche 8 février, que tout cela n’était que « mensonges » ! « M. Plenel est allé à la télévision accuser le Front national et notamment une personne en particulier d’avoir proféré des menaces de mort. Cette personne en particulier a diffusé sur internet (…) une conversation entre lui et le fameux journaliste de Mediapart qui était présent. Dans laquelle le journaliste admet par trois fois que c’est vrai il n’y a eu aucune menace de mort de la part de la personne qui était citée par M. Plenel. »

Comme je suis le journaliste de Mediapart dont Marine Le Pen signale « la conversation » – enregistrée à mon insu par l’un de ses amis – et qu’elle semble s’appuyer sur mon témoignage, je lui transmets quelques précisions utiles – et aux lecteurs également – sur l’épisode au cours duquel son trésorier, Axel Loustau, s’est illustré. En revendiquant par texto « le boulot » fait ce jour-là.

Jeudi, Edwy Plenel sur Canal + a désigné « Axel Loustau et un autre » comme nos agresseurs. Il a précisé, dès le lendemain, dans un billet, qu’au sein du groupe venu à notre rencontre, celui qui avait proféré les menaces de mort s’appelait Olivier Duguet, ancien trésorier de l’association de financement de Marine Le Pen jusqu’en 2012. Ces deux-là, Loustau et Duguet, sont comme les doigts de la main. Le premier dirige des sociétés de sécurité, l’autre est le comptable du réseau, depuis longtemps, et tous les deux ont tenu successivement les cordons de la bourse du micro-parti de la présidente du FN, après s’être serré les coudes au sein du Groupe Union Défense (GUD).

En octobre 2010, Axel Loustau avec quelques amis, lors d'une manifestation des identitaires. © Reflex(es) En octobre 2010, Axel Loustau avec quelques amis, lors d'une manifestation des identitaires. © Reflex(es)

Le 30 janvier, ils sont quatre ou cinq à sortir d’un café dans notre direction. Axel Loustau en tête, qui nous dit, blanc comme un linge, « qu’est-ce que vous venez faire ici ? ».

Nous sommes place de la porte de Saint Cloud. Un peu plus tôt, nous avons sonné au siège de ses entreprises, place Léon-Deubel : on nous a ouvert, et en l’absence des gérants et de M. Loustau, j’ai laissé ma carte de visite à une secrétaire. En sortant, nous avons attiré l’attention de deux guetteurs. Deux cents mètres plus loin, on nous intercepte.

Un homme au crâne rasé émerge du groupe qui nous fait face. Derrière Loustau, il apostrophe Marine Turchi, ma collègue. Il hurle : « Qu’est-ce que tu fais là ! Je vais te tuer Marine. Je vais t’attendre en bas de chez toi. » Il tente de la frapper aussi. Nous nous engouffrons dans un café, et le personnel ferme la porte et tire les rideaux. L’homme au crâne rasé continue de hurler et de se débattre à l’extérieur. Au moment où l’on appelle la police, Axel Loustau entre à son tour dans le café, et nous propose de « parler » à l’extérieur. Son camarade sera maîtrisé – mais il continuera à hurler.

Nous sortons, et Axel Loustau nous explique dans un café voisin, que lui et ses amis ne supportent plus « le harcèlement » de l’Etat et des médias. « Vous venez chez moi, se plaint-il. Vous voulez que je vienne en bas de Mediapart ? » Loustau nous reproche d’avoir publié la photo de Canal + le montrant bras tendu face à des amis – « ce n’était pas un salut nazi ». « On est des radicaux, mais on est aussi des hommes d’affaires, vous nous avez fait perdre 40% de notre chiffre d’affaires » se plaint-il. Lorsqu’on lui rappelle qu’un drapeau nazi a été trouvé jadis par la police chez son ami Frédéric Chatillon, le prestataire du Front national récemment mis en examen, il hausse les épaules : « Qu’est-ce qu’on n’aurait pas trouvé chez Gérard Longuet ? » Axel Loustau se calme, et puis s’en va.

Nous réfléchissons. L’un des camarades de Loustau s’en est pris nommément à Marine Turchi, pourquoi ? C’est alors que nous identifions l’homme au crâne rasé comme Olivier Duguet. Marine a écrit plusieurs articles sur lui, notamment pour une partie de ses démêlés avec la justice : il a été condamné en 2012 pour une escroquerie à Pôle emploi. Les photos que nous regardons sont sans ambiguïté : il s’est rasé la tête, mais c’est bien lui. J’envoie alors un texto à Axel Loustau pour vérifier l’identité de l’agresseur.

Dans cet échange de textos, Axel Loustau prétend que "le boulot a été fait" par un autre. © DR Dans cet échange de textos, Axel Loustau prétend que "le boulot a été fait" par un autre. © DR

Comme on le voit, Axel Loustau ne se désolidarise pas des menaces. Au contraire, un « boulot » a été fait, prétend-il. Mieux, le trésorier de Marine Le Pen tente l’intimidation à son tour : « Vous voulez rencontrer Hisham, Karl ? »

En réalité, Axel Loustau aurait préféré que son ami Duguet ne soit pas identifié. Il désigne un autre homme présent avec eux lors de l'incident. Je le rappelle, lundi, et cette fois, le trésorier confirme : il s’agit bien d’Olivier Duguet. « L’affaire est simple, résume Loustau. On subit une pression extrêmement forte. Il a pété un câble. Il n’y a aucun danger pour votre collègue. »

Ma collègue prend rendez-vous, lundi, pour déposer une main courante. En effet, Axel Loustau a lui-même posté une photo de Marine Turchi, sur l’un de ses comptes Twitter, @LOUSTAU3, le 1er février 2014, à la veille d’une manifestation qu’elle couvrait. Un « message » sans parole comme il en a déjà transmis.

En mai 2010, alors qu'il était chargé de la « sécurité » de certains rassemblements du Front national, le trésorier a ainsi menacé nos camarades du Monde, Abel Mestre et Caroline Monnot, qui couvraient la manifestation de Jeanne d’Arc, en les prenant ostensiblement en photo (lire ici).  « Vous n'avez rien à foutre ici », leur avait-il dit, avant de leur cracher dessus. « Vous avez compris ce qui va vous arriver, là... »  Lors des incidents de la manif pour tous, en 2013, Loustau s’était aussi fait remarquer provoquant les forces de l’ordre, devant des caméras de télévision, pour finir menotté par des gendarmes.

Le trésorier interpellé aux invalides. © Nicolas Serve Le trésorier interpellé aux invalides. © Nicolas Serve

Nous nous rendons, jeudi matin, au commissariat du 11e arrondissement. Le parquet est aussitôt informé et il saisit la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP). Olivier Duguet est comme on dit « connu des services de police ». Vendredi, Loustau m’a rappelé pour me faire confirmer qu’il n’avait pas, lui-même, menacé de mort Marine Turchi. Il peut constater que nous n’avons pas écrit le contraire. Alors qu’elle fait semblant de croire que l’agression et les menaces ne seraient que des « mensonges », la présidente du Front national a souligné le fait que nous n’ayons « même pas porté plainte » « ils n’ont déposé qu’une main courante ». Elle devrait savoir que cette déposition n’exclut pas – une nouvelle fois – des suites judiciaires pour ses amis.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 23/02/2015 22:16
  • Par jejk2

media_xll_4655470.jpg

Il n'y a qu'une seule photo de Marine Le pen au bal viennois qui a transpiré. Bizarrement, les médias français ne peuvent pas la diffuser. On peut la voir sur un site belge (7sur7) , dans un article intitulé "La photo de Marine Le Pen au bal de Vienne".

Sur cette photo, le danseur à ses côtés arbore le chapeau rouge de la confrérie estudiantine «Burschenschaft Silesia» (voir https://www.facebook.com/Burschenschaft.Silesia/photos/a.522146254529411.1073741825.115525735191467/765240646886636/?type=1&theater), un groupe ouvertement sexiste, raciste et fasciste comme ils l'annoncent en en-tête de leur blogue : http://silesen.blogspot.co.at (http://www.silesia-wien.at/).