Contrairement à ce que l’on croit, le journalisme couché, c’est quand même un art. C’est difficile, parce qu’il faut passer les plats sans en avoir l’air, si possible dans de savants articles très bien renseignés. Hervé Gattegno, l’ancien enquêteur du Monde et du Point, aujourd’hui chez Vanity fair, vient une nouvelle fois d’échouer. Il s’est pourtant spécialisé dans la défense des hommes blessés par les terribles juges. On doit rappeler qu’il y a un an, Hervé Gattegno voulait blanchir Jérôme Cahuzac (c’est ici). Il y a trois ans, il voulait blanchir le marchand d’armes Pierre Falcone (c’est ici), chose qu’il avait déjà entrepris, huit ans plus tôt (ici). Avant encore, c’est l’autre marchand d’armes Iskandar Safa qui lui faisait de la peine (ici, et ici). Aujourd’hui, c’est Nicolas Sarkozy, ici.

Hervé Gattegno nous annonce, sur BFMTV, que sur le « front judiciaire », « la semaine de Nicolas Sarkozy a été bonne » ! Ah bon ? Nous avions lu les rapports accablants de la police sur l’affaire de corruption présumée du haut conseiller Gilbert Azibert, affaire dans laquelle l’ancien président a été mis en examen, et aussi un autre rapport sur l’affaire des fausses factures de Bygmalion pour l’UMP. Mais l’internet marche mal chez Vanity fair : Gattegno n’a pas vu. Non, lui préfère retenir la suspension de l’instruction de l’affaire Azibert par la chambre de l’instruction. Et il vient d’apprendre que « de plus en plus d’éléments laissent penser que le document de Mediapart qui a lancé l’affaire serait un faux ». Nicolas Sarkozy ne l’a-t-il pas dit dans le Journal du dimanche : « sur la Libye, les juges savent que les documents sont faux ». Comme si la ligne téléphonique de Paul Bismuth avec ses taupes réelles ou supposées dans l’appareil d’Etat avait été rétablie…

 © DR © DR

Aujourd’hui, Hervé Gattegno a donc pris son pot de colle et ses ciseaux pour faire le point sur l’enquête des juges concernant le document libyen que nous avons publié, en 2012. On ne sait quels éléments il avait au départ, mais il n’en retient que deux extraits. Des phrases de démenti de l’ancien ministre Moussa Koussa, et l’anecdote effectivement relatée par un témoin - mais non vérifiée - selon laquelle le Canard enchaîné aurait eu en sa possession le document libyen depuis 2008.

Les lecteurs de Mediapart ont pu depuis ce matin constater que le dossier d’enquête des juges est autrement plus riche. Mais les transmissions marchent mal chez Vanity fair. Exit l’essentiel de la déposition de Koussa : ce qui accrédite « l’origine et le contenu » du document libyen, qu’il doute de sa propre signature, qu’il attribue la paternité du document au secrétaire général du comité populaire général, alors premier ministre, Baghdadi Ali al-Mahmoudi. Exit aussi le rapport d’enquête de la gendarmerie qui résume « l’avis unanime des personnes consultées », selon lesquelles « le document publié par Mediapart présente toutes les caractéristiques de forme des pièces produites par le gouvernement libyen de l’époque ». Exit les dépositions de Bernard Squarcini, Patrick Haimzadeh, Jean-Guy Pérès, Véronique Vouland-Aneini, Bruno Vrignaud… Puisqu’on vous dit que la semaine a été bonne !

Pris en défaut sur le peu d’exhaustivité de son travail, Hervé Gattegno s’est cru obligé de réagir, avec un nouvel article - au surtitre bien ambitieux « révélations » ( !)-, réclamant qu’on fasse « référence » à l’article précédent, ce que nous faisons bien volontiers : c’est même d’utilité publique. Son article n’était pas « tronqué », se défend-il. « L’audition de ce personnage  trouble (Moussa Koussa, ndlr) comporte plusieurs contradictions et passages équivoques » reconnaît-il. Ne donnons pas de détails, pourquoi s’appesantir ? On risque de ne plus comprendre. C’est pourtant simple. C’est le titre de son article : « Les affaires de Nicolas Sarkozy sont peut être moins mauvaises qu’on ne pense ». C’est aussi le message de l’ancien président et de son entourage.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Pour ceux que celà pourrait intéresser, voici un très bon article sur l'aspect juridique de la suspension des actes d'instructions visant Nicolas Sarkozy et portant sur des faits de corruption de magistrat : http://www.maitre-eolas.fr/post/2014/09/26/Quelques-mots-sur-une-suspension