CAMPAGNE EXCEPTIONNELLE POUR MATOMBA

Le candidat du Peuple Uni pour la Rénovation Sociale a marqué le peuple Camerounais par son innovation.

 

img-20190501-wa0040

La première grande touche apportée  à la campagne présidentielle au Cameroun aura été la communication politique. Tout d’abord une stratégie bien pensée, avec un positionnement décliné à travers tous les supports de communication. Serge Espoir Matomba aura été le pionnier en matière de photographie officielle, d’une charte graphique, mais aussi d’une charte éditoriale respectée par l’ensemble des militants et sympathisants du PURS.

On aura remarqué que contrairement à certains partis passés maitres dans l’art de l’injure et de l’invective, les membres du PURS sont restés courtois, même lorsqu’ils étaient injuriés, humiliés. Un gentlement agreement prescrit en interne avec l’idée principale de faire la politique autrement. Les Pursistes auraient-ils réussi ce coup de force ? Oui selon les observateurs qui félicitent cette façon de faire la politique différemment. Loin du « Biya must go », mais autour des propositions face aux problèmes que rencontrent les camerounais au quotidien.

Autre élément de cette campagne qui fait du candidat Matomba une exception : son projet de société. Publié il y a 4 ans et actualisé en fin 2017, il repose sur les cinq piliers que sont l’éducation, la santé, l’économie, la sécurité, et le combat contre les inégalités. Le PURS aura donc contraint les médias et autres candidats à  se mettre à l’école des projets et programmes. On se souvient avoir vu les autres partis publier leur vision du Cameroun seulement quelques semaines avant la convocation du corps électoral.  

La maîtrise du projet de société et des propositions devant sortir le Cameroun de l’ornière dans laquelle il est engouffré a fait de Serge Espoir Matomba l’incontournable leader qui, ayant touché du doigt  les problèmes du Cameroun saura trouver les solutions pour les résoudre. D’ailleurs sur la toile comme dans la rue, il reçoit très souvent des encouragements à travers des petites phrases telles « on sait que tu as toutes les solutions pour le Cameroun ».

img-20190501-wa0041

Pour terminer, le candidat Matomba aura démarré la campagne présidentielle de façon mémorable : un bus de campagne, le tout premier dans l’histoire du Cameroun. Copié ensuite par les autres leaders qui pour certains sortiront camion et autres engins, dans le but de ne pas rester à la traîne. Le jeune Matomba ne s’arrêtera pas là, loin des meetings traditionnels, il optera pour le porte-à-porte, afin de rencontrer ses électeurs, leur parler, leur expliquer le projet de société qu’il porte pour le Cameroun. « Au final, 350 localités parcourues, 8345 Km parcourus, des millions de personnes rencontrées et des millions de messages de soutien », selon Clarence Yongo ,la directrice de campagne.

Au lendemain des élections, le Peuple Uni pour la Rénovation Sociale n’est pas rentré dans la bataille des chiffres, attendant sagement la proclamation des résultats par le conseil constitutionnel. Mais ce silence d’agneau leur a été fatal même si on sait qu’il s’agissait d’un simple jeu d’influence.

@francis Kellber

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.