MOHAMED JAMIL DERBAH : UN EMPIRE POUR LUTTER CONTRE LES DICTATEURS AFRICAINS

C’est l’idée du puissant milliardaire libanais Mohamed Djamil Derbah, dont la fondation créée il y a quelques années vise à dissoudre les tyrannies et autocraties d’Afrique.

 

mohamed-1
L’idée de Mohamed Djamil Derbah est de trouver les moyens stratégiques, financiers et opérationnels pour mettre fin à la dictature et au terrorisme que vivent de nombreux pays africains. Pour cet amoureux de l’Afrique, le continent lourd de ses richesses devrait être classé au premier rang mondial des puissances à la fois économiques, politiques, géopolitiques et même culturelles.

Or le visage du contient africains telle que perçu sur le plan universel n’est pas des plus reluisants. Les dictateurs au pouvoir parfois depuis les indépendances ont transformé leur pays en royaume où ils règnent en maîtres, sans partage. Les populations y croupissent sous le coup de la misère et la pauvreté, la mauvaise gouvernance est la chose la mieux partagée. Conséquence, l’Afrique demeure un continent d’assistés, d’infantilisés où le développement est un luxe. C’est dans cet élan de pauvreté que naît le terrorisme.

mohamed3

C’est fort de ce constat triste et hideux que Djamil Derbah a voulu provoqué une révolution des consciences, afin d’entraîner le développement de l’Afrique par les africains. Pour  opérer ce changement de paradigme, l’homme pense qu’il faut également donner le pouvoir à ceux qui le méritent. C’est la raison pour laquelle il a créé une récompense spéciale pour ceux qui se distinguent, il s’agit du « Prix Mohamed Jamil Derbah pour le Mérite » décerné aux dirigeants africains qui font preuve de progrès de démocratie et de bonne gouvernance.

Mohamed Djamil Derbah est un richissime homme d’affaires Libanais qui possède des entreprises autant en Europe qu’en Afrique, Il prépare des projets de coopération internationale d'une grande importance entre les hommes d’affaires Européens et Africains.

 @francis kellber

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.