Œdipe et Narcisse

D'une génération à une autre, il y a des cons, des temples... ... mais surtout de la contemplation.

L'un a vieilli, sent son heure tourner.

L'autre, vient de découvrir son image dans l'étang.

L'un aurait bien envie de l'y dedans pousser.

L'autre, il est vrai, y passe la majorité de son temps.

Mais l'autre a l'air si bien, avec son doux reflet.

 

L'un a bien envie de lui poser question.

L'autre n'en a cure, des interrogations.

L'un voudrait comprendre le second.

Le second voudrait épouser le second.

Pour le second, tout se joue à la seconde.

Et tout doit lui donner l'aura, d'une nouvelle Joconde.

 

Contrarier son esprit, sa beauté, sa supposée pensée ?

Voilà, pour le premier, une pernicieuse idée.

 

Œdipe meurt, plus ou moins satisfait, complet, désuet.

Narcisse, lui, naît...

...et mourra. Tout fut-il?ement.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.