Pour Aylan Kurdi, pour l'enfance meurtrie, pour les migrants et pour les miens


 

"-Entends-tu maman 

La cavale qui fuit et qui s'éloigne

Sais-tu si demain soir...

 

-Dors mon enfant dors 

Surtout ne la retient pas

C'est la mort qui est en selle 

Ce soir nous n'en voulons pas..."

 

هل تسمعين يا أمي 

ذاك الصوت المهرول مبتعداً عنّا

هل تعلمين إذا غداً سيتم اللقاء؟

 

أغمض عينيك و نم

يا ولدي لا تسأله البقاء

انه الموت ينادينا من جديدٍ 

دعنا ننساه هذا المساء  

 

Ils se sont tous mis d'accord sur la sauvagerie de l'être humain, et sur la tristesse du destin de cet enfant, mais ils se sont disputés sur les réseaux sociaux sa religion, son origine, les appartenances de sa famille, ils ont oublié que ces prétextes sont à l'origine de sa mort et de la souffrance des syriens! 

 

Pour les migrants qui s'échouent sur les côtes et qui s'échappent de la mort à la mort...pour les enfants qui n'arrivent pas à changer leur destin, pour un réveil de notre conscience

 Pour que la guerre cesse...

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.