Marre des quatre prières par jour en direction de Wall Street sur France Inter

Comment le service public nous distille la doxa libérale sous prétexte d'information.

Quatre fois par jour (à 10h, 13h 17h et 20h), la radio de service public se prosterne devant la Bourse avec Antoine Verlin ou Jean Yves Courcial comme grand prêtres de cette grand'messe multi quotidienne.

Le prétexte de l'information ne tient pas. S'il se passe quelque chose de particulier à la Bourse, l'info est reprise dans les éditions des journaux de la station. Quant aux boursicoteurs, ils ont tous les moyens à leur disposition (alertes SMS, etc.) pour se tenir informés en temps réel. Il y a belle lurette qu'ils n'attendent plus les flashs d'info radiophoniques pour suivre l'évolution de leur portefeuille d'actions ! C'est d'ailleurs, dans un tout autre domaine, cette raison qui a été invoquée lorsque la station a abandonné son bulletin de météo marine. Alors pourquoi cette même logique ne s'applique t-elle pas pour la Bourse ?

L'explication tient dans le discours subliminal de cette diffusion quadri-quotidienne : il s'agit de marteler les esprits en distillant l'idée que la Bourse et la finance, c'est important au point de s'y arrêter quatre fois par jour pour voir si le CAC 40 a perdu ou gagné 0,34% dans la séance.

Nous sommes là non plus dans l'information ni même dans la propagande mais dans une approche quasi religieuse d'où mon titre (et mon indignation) "La prière quatre fois par jour en direction de Wall Street"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.