Le déconfinement des mentalités

Nous traversons une crise profonde. Une crise qui nous oblige à nous rendre compte de notre destin commun et de la nécessité d’instaurer les conditions d’une société débarrassée de ses pratiques féodales injustes.
  1. Dans la trame de l’histoire, des contes pour enfants, remaniés et méthodiquement retravaillés, pour les besoins de la cause, peuvent se positionner comme des vérités sacrées à pérenniser. Quelques fois, la contradiction de l’histoire officielle, bien qu’elle soit fondée sur des éléments historiques avérés, réveille des réflexes qui ne se manifestent ni avec la raison encore moins avec la retenue.   Ces reflexes, centenaires et extrêmement encrés dans le tissu de notre société, soutenus par un fanatisme délétère, ne servent guère à ressouder notre communauté et ne profitent qu’à nos bourreaux d’aujourd’hui.

    L’histoire est faite de prédation et de libération, de vérité et de mensonge, de cynisme et de provocation. Quelques soient les lieux et les temps, les histoires ne décrivent que les faits du passé et la description d’un évènement passé est souvent teintée de paradoxe et de manipulation, de falsification et de mépris. L’histoire pensée et imposée par l’Occident sur les africains constitue un parfait exemple. De l’origine blanche de l’Egypte pharaonique à la naissance du monothéisme chez les hébreux, nous nous rendons compte que dans certaines circonstances bien précises, l’idéologie se drape en habit d’histoire.

    Les fondements du féodalisme dans notre société se sont structurés sur la déformation originelle des castes et sur l’instrumentalisation de celle-ci à des fins politiques et de domination. D’aucun d’entre-nous ne serait surpris par une telle affirmation. En remontant dans le temps, cette vérité nous éclate à la figure et nous dévoile les mécanismes de cette horrible machination. Des milliers d’individus qui partagent la même langue, la même mémoire collective et la même communauté que nous se retrouvent étranglés par un suprématisme humiliant et mortifère.

    Certains de nos frères et sœurs, amis et proches, par ce féodalisme silencieux et ravageur, reçoivent, pour on ne sait quelle logique et quelle science, des propos humiliants et menaçants de la part de ceux qui se considèrent comme les élus de l’Eternel. En tout cas, comme disait Kemi Seba sur le peuple élu : Moi, je n’ai pas voté. Et vous ? Sous les coups de ce fanatisme imaginaire, basé sur la primauté du sang, ces individus, laissés à eux seuls, se retrouvent dépouillés de toute dignité et privés de vivre consciemment leur temps.  

    Le déconfinement des imaginaires, pour les besoins de notre Union, doit être pensé et enclenché. Quand un individu adopte des comportements de domination et de prédation en s’appuyant sur des certitudes infondées, il est le devoir de chacun d’entre-nous de lui montrer le chemin de la libération et du déconfinement, du « déconfinement mental ». Les esprits peuvent être confinés dans des perceptions floues et destructrices. Ces esprits, flottants dans des contes pour enfants, par manque d’instruction et de culture, sont aujourd’hui des plaies qui nous empêchent de nous relever et de nous constituer comme un seul homme.

    L’instauration d’un ordre social harmonieux et juste ne pourrait se faire sans qu’il y ait un déconfinement des mentalités ; une réforme profonde de nos préjugés et prénotions, de nos folles et fausses croyances. En faisant cela, nous permettrons le retour de l’ordre, de la paix et de la discipline dans nos rapports à nous-mêmes et à l’autrui. Puisque, là où l’incompétence, l’ignorance, le racisme et la discrimination règnent, la violence et le mépris prennent pieds et deviennent des versets et des sourates.

    Le paradigme dans lequel nous planifions nos projets d’avenir est un système d’idées pensé, structuré et imposé par des féodaux qui, à la suite de l’histoire, se sont trouvés enchainés à la cheville du beidanisme. Son imposition ne s’est pas faite avec douceur et humanité mais avec une violence inouïe et avec un mépris dévastateur. Comment même s’imaginer un futur juste dans une existence faite de violence et dans la négation de l’autre, de ses capacités, de son humanité ? C’est une problématique qui doit être prise au sérieux puis que, sans une critique de notre condition spirituelle et intellectuelle, sociale et culturelle, nous ne serions que des valets à la solde des grandes tentes mauresques.

    Nous traversons une crise profonde. Une crise qui nous oblige à nous rendre compte de notre destin commun et de la nécessité d’instaurer les conditions d’une société débarrassée de ses pratiques féodales injustes.

    Enfin, tant que nous nous tairons devant la barbarie du féodalisme, tant que nous nous enfermerons dans le déni face à la violence et à l’injustice, tant que nous nous sentirons indifférents à la souffrance des opprimés et des « mal-nés », nos enfants nous trainerons dans le tribunal des lâches et des complices directs de la misère des pauvres, de la souffrance des innocents enfants.   

    *Déconfinement mental : Expression employée par Jacques Attali dans son article du 7 Mai intitulé : Petit exercice de déconfinement. 

    KIDE Baba Galle 

     

     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.