Kiki PUECH
Pourfendeur de résignation.
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2017

Kiki PUECH
Pourfendeur de résignation.
Abonné·e de Mediapart

Quand la ville de Toulouse s'en prend au Secours Populaire Français

La Police Municipale de Toulouse verbalise l'équipe du Secours Populaire de Toulouse qui depuis 34 ans offre tous les dimanches matin de l'année, Place du Salin, des petits déjeuners aux personnes en grande précarité!

Kiki PUECH
Pourfendeur de résignation.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Petits déjeuners Secours Populaire Place du Salin © C.P.

Depuis maintenant 34 ans, les équipes du Secours Populaire de Toulouse servent des petits déjeuners aux personnes en grande précarité Place du Salin à Toulouse. Ces petits déjeuners y sont servis tous les dimanches matin de l'année , seul moment sur Toulouse où les plus démunis, ceux qui dorment dehors, les laissés pour compte peuvent prendre un petit déjeuner chaud qui sera pour beaucoup le seul repas de la journée.
L'association "le Camion Douche" y a rejoint leur action afin d'offrir un service de douche chaude avec produits d'hygiène à tous ceux qui le désirent  .

Depuis 34 ans l' action du Secours Populaire a toujours eu l'accord tacite de la Mairie. La place du Salin interdite au stationnement depuis un an a été équipée d'un portillon permettant aux commerçants d'y avoir accès le jour de marché.
Contactée lors de cette condamnation d'accès début 2017, la Mairie avait orienté le Secours Populaire vers les services de Toulouse Métropole qui leur avaient rapidement fourni une clé d'ouverture des cadenas leur donnant l'accès à cette place et leur permettant d'y stationner.
Hier matin, après un premier avertissement il y a quelques semaines, car pas d'autorisation écrite de stationner (une demande écrite avait été adressée au Maire de Toulouse il y a 10 jours), nouvelle visite de la Police Municipale qui a cette fois-ci verbalisé l'équipe présente avec le camion aux couleurs du Secours Populaire ainsi que celle du Camion Douche. Motif: occupation illégale de l'espace public !
Cette action hebdomadaire, qui voit chaque dimanche servir une centaine de petits déjeuners, est aussi un moment très important de présence auprès des plus démunis, dont l'équipe de bénévoles présents assure un fort lien social. Régulièrement sont proposées lors de ces petits déjeuners des animations: ateliers lecture et expression, informations par l'équipe prévention santé etc..
Cette atteinte à leur action, a été très mal vécue par les bénévoles présents, d'autant que les bénévoles du Secours Populaire sont aussi confrontés à de moins bonnes conditions dans leur bénévolat, liées à la perte de nombreux emplois aidés dans leur fédération. Emplois aidés que l'état vient de supprimer! Ces pertes d'emplois affectant aussi lourdement les bénéficiaires des actions du Secours Populaire.

action équipe santé © C.P.


Cette verbalisation du Secours Populaire laisse aussi un goût amer. Il est évident qu'elle s'inscrit dans le climat actuel d'abandon par la Mairie de Toulouse, de tous ceux, précaires, sans logis, réfugiés, qui dorment dans la rue et à qui la Ville et l’État n'offrent aucune solution de logement.
On ne peut s’empêcher de rapprocher cette action à celle d'il y a quelques semaines, où une vingtaine de citoyens venus soutenir quatre familles avec enfants en bas âge, ayant installé leurs 4 tentes devant le service d'accueil social qui abrite les services du 115, ont été tenus à distance par 20 policiers et une compagnie de CRS bombes lacrymogène à la main.
Il est actuellement flagrant que la Mairie ne veut plus voir ses pauvres dans le paysage urbain, les très nombreuses actions de"nettoyage" en sont la preuve.

Mais comme l'annonçaient de grandes affiches municipales à la gloire du bilan de la Mairie: "Toulouse avance! 300  policiers municipaux", "Toulouse avance! 350 caméras de surveillance".
Rien sur la mise à l’abri rapide, à l'entrée de l’hiver de ceux qui dorment sur les trottoirs.

A chacun ses priorités.

Dernière minute:
Suite à une réaction rapide de citoyens sur les réseaux sociaux, un témoignage fait part d'une plainte déposée par l’association de ce quartier "bon chic bon genre" auprès du maire de quartier afin de faire disparaître la présence de cette action du Secours Populaire le dimanche matin!

La Solidarité à Toulouse est en marche!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André