Arrêtons de courir après l’énergie propre !

Les énergies propres sont elles une solution d'avenir pour sauver la planète et nos modèles de vie ? Pour répondre à cette question, il convient dans un premier temps de savoir si une énergie peut-être propre...

1*v28OMo9RuLTl3LQqmdm3BQ.png

Cet article est le premier d’une série sur les problématiques environnementales liées à l’énergie et aux ressources, et les solutions qui s’offrent DÉJÀ à nous.

Avant Propos

La pollution est définie comme “une altération d’un environnement ou d’un écosystème”. Pour savoir si l’on pollue il faut donc se demander, à partir de quand un environnement ou un écosystème est altéré ? Ou, pris dans l’autre sens, quelle dose de modification peut-on lui appliquer sans l’altérer ? Est-ce que couper une arbre est une altération d’un environnement ou d’un écosystème ? A l’échelle de l’Homme non ! Mais à l’échelle de l’arbre c’est un écosystème entier qui est détruit. Est-ce qu’abattre tous les arbres de la planète est une altération d’un environnement ou d’un écosystème ? A l’échelle de l’univers non ! Mais à l’échelle de l’Humanité c’est une sacrée altération ! Partant de ce constat on peut considérer que toute modification de l’environnement est une forme de pollution.

Comment une énergie peut-elle être propre ?

L’approche citoyenne « classique » consiste à se demander quelle énergie génère le moins de pollution lors de sa production. Celle qui modifie le moins l’environnement donc. Dans le meilleur des mondes, aucun arbre n’est abattu, aucune rivière n’est stoppée, aucun animal n’est mort, aucun minerai n’est extrait et on a de l’énergie en abondance.

Le marketing intervient et colle à cette formidable énergie l’étiquette “d’énergie propre” !

Cette approche pratique et facile permet d’identifier un coupable : le producteur d’énergie ! Le charbon et le pétrole émettent du CO2, le nucléaire produit des déchets radioactifs, les barrages inondent les vallées et bloquent les poissons… Et ils sont sommés d’arrêter d’utiliser ces énergies polluantes. Donnez-nous de l’énergie propre !

On se met donc à installer des panneaux photovoltaïques partout puisque le soleil brille qu’on le capte ou pas. On ne modifie pas l’environnement en le captant (en oubliant de parler de la pollution nécessaire pour aller chercher les matières premières dans les mines, le transport et traitement de celles-ci, les divers processus de transformations intermédiaires, le re-transport des produits semi-transformés, la fabrication du panneau en lui même, son emballage (avec sa fabrication et son transport), le re-re-transport sur le site de vente, le re-re-re transport sur le site d’installation, le transport des ouvriers qui installent les panneaux, etc.).

Puis on fabrique des voitures, des bateaux, des tracteurs et pleins d’autres machines que l’on alimente avec notre super énergie propre, et grâce à elles on va arracher des arbres pour faire des meubles bon marché ou de l’huile de palme, (sur)pêcher des poissons en mer, extraire des matières premières pour faire des smartphones et des ordinateurs dernier cri (que l’on prendra bien soin de renouveler au gré des attaques publicitaires), répandre du désherbant sur les terres, construire des routes et des bâtiments, et évidemment puisque notre soif d’énergie n’a pas de limite, aller chercher des minerais pour faire encore plus d’énergie propre.

Et on obtient un monde autant pollué qu’avant !

La définition même de l’énergie nous montre l’impossibilité pour les énergies à être propres…

Wikipedia : « l’énergie est une mesure de la capacité d’un système à modifier un état »

Larousse : « Grandeur caractérisant un système physique et exprimant sa capacité à modifier l’état d’autres systèmes avec lesquels il entre en interaction. »

Ce qui nous amène à la contradiction de l’énergie propre.

Même dans le cas où on serait capable d’extraire de l’énergie en laissant l’environnement complètement intact (doux rêve), on utiliserait cette même énergie justement pour modifier l’environnement qu’on a tenté de laisser intact…

La réponse à la question « comment une énergie peut-elle être propre ? » est « elle ne peut pas !!! ». La pollution n’est pas un dommage collatéral de l’énergie, c’est son essence.

Dès lors, la question de l’énergie propre ne devrait pas se tourner vers la problématique de la production/extraction, mais sur notre capacité à en réduire significativement notre consommation !

Pour clore ce premier article, je tiens à préciser que je ne suis pas contre les moyens de production/extraction d’« énergie propre ». Bien au contraire ! Mais il ne faut pas se tromper de priorité. D’abord on évite de dépenser de l’énergie si ce n’est pas utile et ensuite on trouve des solutions pour que le peu d’énergie essentielle qu’il reste soit plus propre, pas l’inverse !

Après cette première approche sur le lien indissociable entre l’énergie et la modification/pollution de l’environnement, le prochain article traitera de la question de la direction dans laquelle nous souhaitons aller.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.