L’arrestation frauduleuse de Renaud Allogho Akoué : un scandale d’Etat

Le régime est-il aux abois ? C’est la question qu’on pourrait se poser au vu de l'arrestation abusive de Renaud Allogho Akoué. En utilisant les méthodes de tous les régimes autoritaires du monde, il donne ainsi l’image d’un régime crépusculaire qui ne maîtrise plus rien.

Le régime est-il aux abois ? C’est la question qu’on pourrait se poser au vu des derniers événements. En utilisant les méthodes de toutes les régimes autoritaires du monde, il donne ainsi l’image d’un régime crépusculaire qui ne maîtrise plus rien.

En effet, pour quelle autre raison inventer de toutes pièces des malversations pour les personnes dont le régime souhaite se débarrasser, comme le faisait l’Union soviétique de jadis (et de nombreux autres régimes autoritaires)  ?

 Pour ceux qui ne me suivraient pas, je parle ici de l’arrestation totalement arbitraire de Renaud Allogho Akoué, le directeur général de la caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), et membre éminent de l’Ajev.

Aucune enquête, aucun respect de la procédure, aucun respect de la présomption d’innocence. On arrête. Et ensuite on va fabriquer des « preuves ». Bidon, évidemment.

En effet, comment croire à ces mensonges selon lesquels « des suspicions de détournements de fonds et des malversations particulièrement importantes » pèseraient tout d’un coup sur Renaud Allogho Akoué et nécessiteraient une arrestation urgente ?

En visant Renaud Allogho Akoué, c’est Brice Laccruche Alihanga qu’on vise. Car les deux homes sont proches. Comme par hasard  on vise Monsieur Allogho Akoue une semaine après que BLA  ait quitté ses fonctions de DCPR.

Tant que BLA était DCPR, Renaud Allogho Akoué était à la tête de la CNAMGS, et aucun reproche ne lui était fait. Le jour même où BLA quitte son poste de DCPR, Renaud Allogho Akoué est débarqué de ses responsabilités, sans aucune justification. Et une semaine après, « par miracle », les membres de la DGR (Direction Générale de la Recherche) auraient découvert  « des malversations importantes » ?

Vous voulez nous faire croire que tout allait bien pendant deux ans, depuis octobre 2017 où M. Allogho a pris les rennes d’une CNAMGS en grande difficultés, et qu’en une semaine, on a tout à coup découvert un système de détournements ?

Vous nous prenez vraiment pour des jambons !

Il est évident que cette arrestation vient du même camp que ceux qui ont considéré que l’ardeur réformatrice de Brice Laccruche Alihanga dérangeait trop d’intérêts, trop de magouilles, et qu’il fallait s’en débarrasser.

Comme ils ne peuvent pas (encore ? ) faire tomber BLA, ils inventent des scandales imaginaires sur ses proches. Pour le décrédibiliser, mais aussi pour le menacer.

Mais chers amis tapis dans les recoins du Palais du bord de mer, ou ailleurs, sachez que nous les Gabonais, nous ne somment pas dupes. Et qu’un jour, nous vous ferons regretter vos méthodes de gangsters contre les rares personnes qui ont tenté d’améliorer notre sort.

Et à mon âge, ce n’est pas vous qui allez me faire peur pour m’empêcher de dire tout haut ce que tous les Gabonais pensent.

Koko Ndzeyo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.