L'inversion (de la hiérarchie) des normes ?

Les derniers jours ont été marqués par des évènements météorologiques plus ou moins courant, et encore plus inhabituels en les considérant tous ensemble. D'un anticyclone européen à un cyclone des Açores, nous assistons peut être à une inversion des normes automnales sur notre continent. Doit-on envisager sécheresses incendies et épisode de pollution d'automne comme la nouvelle norme européenne ?

Anticyclone européen : pollution, sécheresse et incendie

Depuis le début du mois d'octobre le continent européen est affecté par un enchaînement d'évènements météorologiques exceptionnels. Certes, le ciel est bleu (et encore pas toujours, il peut être jaune) de façon prolongée, mais c'est une chose pas si courante en octobre sur notre continent. Cette zone de haute pression est responsable de deux choses : une sécheresse prolongée et l'absence de vent. La sécheresse affecte principalement le  secteur agricole mais l'absence de vent a un impact sur notre santé et sur la production d'énergie.

Image NASA MODIS/Terra du 15 octobre du nord de l'Italie Image NASA MODIS/Terra du 15 octobre du nord de l'Italie

La production d'énergie éolienne est diminué et pour compenser, ce sont les énergies fossiles qui prennent le relais. Dans les zones densément peuplées les industries et le trafic automobile émettent des particules fines qui sont plaquées au sol par les hautes pressions. L'image (Nasa, MODIS/Terra) du 15 octobre montre le phénomène de smog dans la vallée du Pô au nord de l'Italie. La couche grise translucide est provoquée par des particules de quelques micromètres de diamètre, très dangereuses pour la santé. La récurrence des blocages anticycloniques au dessus du continent ces dernières années augmente l'occurrence de ces phénomènes (Il n'y a qu'à regarder le nombre d'épisode de pollution en France lors des deux hivers derniers).

La présence en quantité de ces particules fines a provoqué selon l'Agence Européenne pour l’Environnement (AEE) le décès prématuré de 400 000 européens chaque année (article ici) ! Ce chiffre hallucinant doit nous faire réfléchir, et plus encore doit nous faire changer de comportement rapidement, d'autant plus que les changements climatiques actuels sont sans doute à l'origine de cette inversion des normes automnales et hivernales sur l’Europe.

Pendant des semaines, la situation reste bloquée sur le continent et nous pouvons voir de façon spectaculaire un autre impact : la sécheresse prolongée sur le pourtour méditerranéen provoque des incendies spectaculaires comme au Portugal et en Espagne.

Panache de fumée dégagé par un des incendie au nord du Portugal © Luis Lobo Henriques Panache de fumée dégagé par un des incendie au nord du Portugal © Luis Lobo Henriques

Cyclone des Açores ?

Ces incendies, atypiques pour un mois d'octobre par leur violence et leur étendue, ont fait 45 morts depuis ce week-end (bilan malheureusement provisoire) et ont ravagés des centaines de milliers d'hectares de forêts et de terres agricoles. La situation a été attisée par un autre phénomène météorologique inédit : le passage au large des côtes du cyclone tropical Ophélia.

Ex Cyclone Ophélia frappant le sud-ouest de l'Irlande. Du sable du Sahara et des fumées des incendies sont transportés jusqu'en Angleterre © NASA MODIS/Terra Ex Cyclone Ophélia frappant le sud-ouest de l'Irlande. Du sable du Sahara et des fumées des incendies sont transportés jusqu'en Angleterre © NASA MODIS/Terra

Les puissants vents de sud, accompagnés par des fortes températures ont rendu la tâche encore plus compliquée pour les pompiers mobilisés contre ces incendies. Sur l'image satellite (Nasa Modis/Aqua) ci-dessus on peut d'ailleurs voir que les fumées se sont propagées à des milliers de kilomètres des foyers, colorant le ciel d'un jaune apocalyptique de la France à la Grande-Bretagne (Photo: Timothy Powell‏ @TCP1980, ciel de Londres le 16 octobre).

Ciel apocalyptique à Londres, le 16 octobre, avec sable et fumées transportées par le cyclone Ophélia © Timothy Powell‏ @TCP1980 Ciel apocalyptique à Londres, le 16 octobre, avec sable et fumées transportées par le cyclone Ophélia © Timothy Powell‏ @TCP1980

Les derniers jours ont été exceptionnels d'un point de vue météorologique. La situation était inédite, jamais un cyclone de catégorie 3 ne s'était formé jusque là dans cette partie du bassin Atlantique, jamais une sécheresse n'avait été aussi marquée en octobre, jamais des températures aussi douces n'avaient été mesurées. Nous devons à présent prendre la mesure d'une chose : l'Europe est elle aussi fortement impactée par le changement climatique, et ces premières occurrences en appellent d'autres. Nous aurons d'autres cyclone s'approchant aussi près de nos côtes, nous aurons d'autres sécheresses provoquant des incendies et nous aurons d'autres situations de blocage anticyclonique provoquant pollution et chute de la production éolienne. Si l'exceptionnel d'aujourd'hui est amené à devenir le classique de demain, non seulement nous devons changer nos politiques pour combattre le changement climatique mais nous devons aussi penser à comment nous allons nous y adapter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.