Ecrire sur les masques

Jouer avec les mots sur les masques

Mon billet écrit sans masque

Il faudra une masse de masques pour masquer tout le monde. On avait l'habitude jusqu'ici qu'on nous masque la vérité. "La vérité n'est pas toujours bonne à dire" parait-il. Alors on la masque. Tout le monde le sait maintenant qu'on nous avait masqué qu'il n'y avait pas de masques. Une vérité trop dure à assumer. Quelle mascarade camarades !! En attendant, la camarde musarde, la camarde qui ne pardonne pas, implacable, logée dans messire Corona, attaque tous azimuts, partout et tout le monde. Même dans les hôpitaux, on lui laisse le champ libre. Alors la camarde canarde, non satisfaite d'avoir affaibli ce malade intubé, elle s'en prend aux soignants penchés à son chevet, elle va tenter de les achever.
As-tu les anticorps de ton corona ?
Corps on a mais empêchés par le confinement de faire corps. On pourrait croire qu'on est d'accord, coincés dans nos corridors ou dans nos chambres où le corps y dort. Petit courant d'air que notre colère incapable pour l'instant de faire plier même un roseau. Pourtant, petit courant d'air grossira en vent de colère et s'attaquera aux chaînes. Chaînes de désinformation en continu, chaînes qui entravent nos libertés.
Maintenant, on nous annonce la reprise de l'école, mais est-ce que ça va coller tous ces petits qui dans la cour caracolent ? Pour ceux, qui chez eux n'avaient même pas de mouchoir pour pleurer sous les coups, au mouchoir ne pourront pas jouer, ce mouchoir qui passerait de main en main. Joueront peut-être à cache-cache cachés sous leurs masques. Feront 1 2 3 soleil avec une distance de sécurité ? Pas de loup, mais des masques. Avec tact, on leur interdira d'être tactile.
Et puis avant le 11 mai, le 1er mai... On nous suggère des bruits de casseroles à 12h. On penserait très fort à celles, nombreuses, que traîne le gouvernement. Il faudrait au minima se mettre d'accord sur un rythme ! -voir jeu musical -
En Israël, on s'est regroupé en respectant les 2 mètres de distance physique. Combien de grandes places dans les villes et villages pour faire la même chose ?

Pour voir, l'article dans son intégralité RDV  ici. Sur biblioblogdekris, vous trouverez en bas de l'article, un petit jeu musical. Vous pouvez poster la réponse dans biblioblogdekris ou ici sur mon blog mediapart dans les commentaires.

Après coup, on se sera rendu compte qu'il ne s'est pas passé grand chose dans les rues le 1er mai. Dommage. Le phénomène d'anxiété joue un grand rôle. Tu dois avoir peur, tu as peur, tu restes chez toi, tu es un bon citoyen. Si tu désobéis, tu es un vilain citoyen quand bien même tu respecterais les distances de sécurité, le masque, la charlotte, les lunettes de plongée, la combinaison de plongée, bardé d'une ceinture de flacons de gels hydroalcooliques, tu serais un mauvais citoyen. Ceci aux yeux de la loi mais aussi aux yeux de certains de tes meilleurs amis, aux yeux des gens qui regardent de leur fenêtre ce qui se passe dans la rue. Qu'est-ce qu'un bon citoyen en temps de guerre ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.