Les trois mousquetaires altogovéens !

Au sein de la maison du peuple, Assemblée Nationale pour ceux qui ne savent pas, un jeu est en train de se jouer entre anciens caciques et jeunes émergents. Aux commandes: Mathias Otounga Ossibadjouo, Ali Akbar Onanga et Jean-Pierre Oyiba sont en train de monter les élus de la province aux 99% contre BLA.

La pilule a beaucoup de mal à passer pour les anciens caciques devenus aujourd'hui "simples" députés. Ceux qui s'affichaient il y a peu comme les tout-puissant du régime ne digèrent pas d'avoir été évincés des sphères du pouvoir et ont décidé de rendre la vie difficile aux nouvelles têtes d'affiches avec pour cible première BLA. Ces anciens barons du régime, plus attachés à monter des plans de déstabilisation à coup de fortes sommes d'argent plutôt que de développer les localités, ont fait le choix d'une guerre fratricide entre ressortissants du Haut-Ogooué.

Les trois mousquetaires © GI Les trois mousquetaires © GI

L'homme à la mèche rebelle est la source de bien des insomnies pour nos trois mousquetaires qui afin de revenir au plus près de BOA, ont décidé de monter toute la province contre celui-ci. Le procédé ? Des réunions sont organisées au sein de l'Assemblée Nationale, réunions auxquelles sont conviées les élus de la province à l'exception de certains réputés trop proches de la sphère ajévienne. Pour exemple ? Alexandre Awassi, chef de file du mouvement "Osons Ensemble" et député de Moanda, est systématiquement écarté de ces réunions malgré son mandat électif dans la province du Haut-Ogooué. Je pense personnellement que c'est pour sa couleur de peau mais bon, soyons réalistes, les trois mousquetaires lui reprochent surtout sa proximité avec Brice Laccruche Alihanga  avec qui il était à Leconi la semaine dernière pour poser une action citoyenne en faveur des populations.

Revenons à ces réunions qui ont pour ordre du jour officiel les affaires altogovéennes et qui ne sont en réalité qu'un prétexte pour réunir l'ensemble des élus et mettre en place une série d'actions afin de discréditer BLA dans toute la province. Il est demandé aux élus de faire des tournées dans leurs différentes localités pour délivrer aux populations un message:  BLA a fait le choix de redonner le pouvoir aux fangs par le biais de la nomination de Julien Nkoghe Bekalé en tant que premier ministre !  Hors bons nombres de postes stratégiques sont (mal)heureusement aux mains de natifs du Haut-Ogooué mais le problème est que nos mousquetaires n'ont aucune influence sur ces personnes. Quand on sait les relations tendues entre Arnaud Engandji et Mathias Otounga, difficile d'imaginer que l'ancien ministre de la défense et du budget puisse intimer quoique ce soit à l'actuel ministre des TP. Et les exemples sont multiples: Hermann Kamonomono, DG de la SNI, Ismaël Ondias, ex DG de la caistab ou encore Justin Ndoudangoye, Ministre de l'eau et de l'énergie, ne répondent pas aux avances des anciens et ça a le don de les énerver au plus haut point.

Pour ma part, ce qui est le plus drôle, c'est que les participants ne sont pas logés à la même enseigne pour commencer. La hauteur du financement octroyé par les mousquetaires dépendent du profil de chacun des députés et selon l'un d'entre eux, les sommes sont dix fois plus élevées pour certains ce qui commencent déjà à cristalliser les tensions. Si seulement ces mêmes sommes d'argent étaient dépensées au profit des populations, on aurait pu construire les écoles tant demandées mais non on préfère s'afficher dans des cortèges de voitures de luxe à travers la province ou s'offrir le dernier smartphone Nokia Vertu à plus de 60 millions pièce. Bref...

L'autre aspect marrant de cette histoire est que les participants à ses réunions et tentatives de déstabilisation ne voient pas l'épée de Damocles qui s'apprêtent à tomber sur eux et qui fera, encore une fois, très mal. Juste à titre d'information messieurs, sachez qu'en coulisses, certains de vos commanditaires dont Mathias Otounga sont en train de faire les yeux doux et autres signaux de fumée à BLA en espérant être réintégré dans le prochain gouvernement.

Gouvernement où les places seront encore plus chères qu'aujourd'hui mais cela sera l'objet d'autres révélations où je vous expliquerai le mutisme des actuels membres du gouvernement au moment où l'avenir de la jeunesse du pays est en train d'être redessinée. 

Affaire à suivre...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.