Krys Michaud
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 avr. 2019

Les trois mousquetaires altogovéens !

Au sein de la maison du peuple, Assemblée Nationale pour ceux qui ne savent pas, un jeu est en train de se jouer entre anciens caciques et jeunes émergents. Aux commandes: Mathias Otounga Ossibadjouo, Ali Akbar Onanga et Jean-Pierre Oyiba sont en train de monter les élus de la province aux 99% contre BLA.

Krys Michaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La pilule a beaucoup de mal à passer pour les anciens caciques devenus aujourd'hui "simples" députés. Ceux qui s'affichaient il y a peu comme les tout-puissant du régime ne digèrent pas d'avoir été évincés des sphères du pouvoir et ont décidé de rendre la vie difficile aux nouvelles têtes d'affiches avec pour cible première BLA. Ces anciens barons du régime, plus attachés à monter des plans de déstabilisation à coup de fortes sommes d'argent plutôt que de développer les localités, ont fait le choix d'une guerre fratricide entre ressortissants du Haut-Ogooué.

Les trois mousquetaires © GI

L'homme à la mèche rebelle est la source de bien des insomnies pour nos trois mousquetaires qui afin de revenir au plus près de BOA, ont décidé de monter toute la province contre celui-ci. Le procédé ? Des réunions sont organisées au sein de l'Assemblée Nationale, réunions auxquelles sont conviées les élus de la province à l'exception de certains réputés trop proches de la sphère ajévienne. Pour exemple ? Alexandre Awassi, chef de file du mouvement "Osons Ensemble" et député de Moanda, est systématiquement écarté de ces réunions malgré son mandat électif dans la province du Haut-Ogooué. Je pense personnellement que c'est pour sa couleur de peau mais bon, soyons réalistes, les trois mousquetaires lui reprochent surtout sa proximité avec Brice Laccruche Alihanga  avec qui il était à Leconi la semaine dernière pour poser une action citoyenne en faveur des populations.

Revenons à ces réunions qui ont pour ordre du jour officiel les affaires altogovéennes et qui ne sont en réalité qu'un prétexte pour réunir l'ensemble des élus et mettre en place une série d'actions afin de discréditer BLA dans toute la province. Il est demandé aux élus de faire des tournées dans leurs différentes localités pour délivrer aux populations un message:  BLA a fait le choix de redonner le pouvoir aux fangs par le biais de la nomination de Julien Nkoghe Bekalé en tant que premier ministre !  Hors bons nombres de postes stratégiques sont (mal)heureusement aux mains de natifs du Haut-Ogooué mais le problème est que nos mousquetaires n'ont aucune influence sur ces personnes. Quand on sait les relations tendues entre Arnaud Engandji et Mathias Otounga, difficile d'imaginer que l'ancien ministre de la défense et du budget puisse intimer quoique ce soit à l'actuel ministre des TP. Et les exemples sont multiples: Hermann Kamonomono, DG de la SNI, Ismaël Ondias, ex DG de la caistab ou encore Justin Ndoudangoye, Ministre de l'eau et de l'énergie, ne répondent pas aux avances des anciens et ça a le don de les énerver au plus haut point.

Pour ma part, ce qui est le plus drôle, c'est que les participants ne sont pas logés à la même enseigne pour commencer. La hauteur du financement octroyé par les mousquetaires dépendent du profil de chacun des députés et selon l'un d'entre eux, les sommes sont dix fois plus élevées pour certains ce qui commencent déjà à cristalliser les tensions. Si seulement ces mêmes sommes d'argent étaient dépensées au profit des populations, on aurait pu construire les écoles tant demandées mais non on préfère s'afficher dans des cortèges de voitures de luxe à travers la province ou s'offrir le dernier smartphone Nokia Vertu à plus de 60 millions pièce. Bref...

L'autre aspect marrant de cette histoire est que les participants à ses réunions et tentatives de déstabilisation ne voient pas l'épée de Damocles qui s'apprêtent à tomber sur eux et qui fera, encore une fois, très mal. Juste à titre d'information messieurs, sachez qu'en coulisses, certains de vos commanditaires dont Mathias Otounga sont en train de faire les yeux doux et autres signaux de fumée à BLA en espérant être réintégré dans le prochain gouvernement.

Gouvernement où les places seront encore plus chères qu'aujourd'hui mais cela sera l'objet d'autres révélations où je vous expliquerai le mutisme des actuels membres du gouvernement au moment où l'avenir de la jeunesse du pays est en train d'être redessinée. 

Affaire à suivre...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi