Krys Michaud
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2019

Ben Moubamba, l’homme de tous les Vices !

Dans tout ce qu’il fait, il ne se sera jamais imposé. VICE-premier ministre, VICE président de la CDO, cet homme politique n’aura jamais réellement décollé hors ces alliances de circonstance avec le pouvoir de l’époque et avec l'opposition.

Krys Michaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans tout ce qu’il fait, il ne se sera jamais imposé. VICE-premier ministre, VICE président de la CDO, cet homme politique n’aura jamais réellement décollé hors ces alliances de circonstance avec le pouvoir de l’époque et avec l'opposition.

Bruno Ben Moubamba © Presse Gabonaise

Le seul mandat qui appartient réellement à BBM au final, c’est celui du parti qu’il a créé et avec lequel il a pris une déculottée lors de toutes les élections auxquelles il l’a représenté. Son score ? 0,5% soit moins de 4 000 personnes malgré les appuis financiers du cabinet présidentiel en 2016.
Quoi vous ne le saviez pas ? BBM le grand opposant joue dans l’équipe où il peut exister.

Un de ses proches, ancien collaborateur fang de BOA aujourd’hui banni du palais, nous confie: « BBM a rencontré le patron et a dit que tout ce qu’il voulait c’était être de l’opposition.. » interprétant ce choix de camp comme l’impossibilité pour lui de réussir à briller dans la galaxie Majorité. Sa mission première était de récolter un maximum de voix dans l’opposition lors de la présidentielle afin d’éviter que celles-ci n’aillent à Jean-Ping. Mais là encore, il va échouer malgré la place de 3ème dont il se vante régulièrement à la vue des moyens qu’il a reçu (on parle de centaines de millions). Des doutes de détournements apparaissent à l’époque mais bon le petit soldat peut encore servir donc on ferme les yeux.

Il ne faudra pas attendre longtemps pour que ce soit le cas. Lors du Dialogue Nationale, BBM apparaît comme le parfait petit lutin qui représentera l’opposition afin d’apporter une crédibilité accrue. Cette stratégie du cab de BOA fonctionnera auprès des instances internationales et offrira à BBM son poste de VPM. Il multipliera pendant cette période les voyages et autres signatures de conventions qui n'ont jamais amené de résultats au final et se fera plus souvent remarquer pour ses frasques autour des autres membres de l'équipe gouvernementale que par les bénéfices de son travail.

Mais bon l’homme de Ndendé, euh non de Moabi, bon bref vous m’avez compris, se voit déjà calife à la place du calife et enchaîne les bévues, ce qui lui vaudra un remerciement express de la part du PM de l'époque, devenu "simple député" pour l'immunité parlementaire, Issoze-Ngondet. Une des causes de son éviction ? Une altercation avec Alain-Claude Bilie-By-Nze qui avait montré au marathonien de la Ngounié qu'il ne respectait en rien son titre et savait comment il était arrivé jusque là, s'en était suivi des salves dans la presse et autres rencontres au sein des forces dirigeantes. Le même collaborateur sang aura essayé de joueur les entremetteurs mais le VPM n'aura rien voulu écouté, restant dans sa démarche jusque boutiste.  Celui qui se présente à l’époque comme un homme qui ne dévoile pas les secret par solidarité gouvernementale, ne semble pas avoir retrouvé son courage depuis. En effet, les Gabonais aimeraient savoir qui est son collègue qui couchait donc avec les femmes des autres et autres kongossas lâchés à l'époque! Il serait enfin temps d'assumer ou alors le tout-puissant Président de l’ACR n’a finalement plus la force qu’il prétendait détenir?

Il sortira donc du gouvernement en anonyme comme il est entré, retournant à son quotidien et cherchant un nouveau moyen d’exister car n’étant pas dans les plans du nouveau cabinet de BOA. On assistera alors à une sorte de descente aux enfers pour Monsieur 0.5% où il essayera tant bien que mal de rebondir. Ce qui a été encore un cuisant échec avec pour point d'orgue la manifestation de Dynamique Unitaire d'où il partira honteux, hué et chassé par les populations à grands coups d'eau sur le crâne. L'homme est pourtant tenace et il verra l'épisode de la maladie d'Ali Bongo comme une occasion en or de réexister.  Après une courte réflexion, eurêka ! Il reprendra la même idée qu’avant, repasser dans l’opposition et essayer de redevenir crédible. Il multipliera jours après jours les salves contre les nouveaux hommes forts du système pour regagner le cœur de l’opposition qu’il avait pour trahie quelques années avant.

Il fête aujourd’hui sa réussite en rentrant dans la CDO de Nzouba Dama, aux côtés de qui il existe de nouveau mais entant que VICE président seulement encore une fois. Son réel objectif ? 2023 mais pas pour être président, cela est trop haut pour lui. Il souhaite juste obtenir un score crédible pour pouvoir rêver enfin à une réelle fonction (Vice Président à en croire son parcours) et faire un pied de nez à ceux qui le regardent de haut dans l’establishment.

Moubamba est loin d’être fou mais il est encore plus loin d’être intelligent.. on peut quand même lui prêter une chose: il sait a qui tendre la patte !

Affaire à suivre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — France
Cette semaine dans « À l’air libre »
Cette semaine, dans « À l’air libre », des enquêtes, des reportages, des interviews… et, surtout, un ton que vous n’entendrez pas ailleurs.
par à l’air libre
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux