Krys Michaud
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2019

L'affaire Cousin: l'arbre qui cache la forêt !

L'actuel sélectionneur des Panthères a été jeté en pâture suite à la dénonciation de sa situation. Celui qui fait les frais de nombreuses sorties de l'actuel Ministre des Sport n'est que la victime collatérale d'un plan savamment orchestré et bien plus ambitieux: prendre le contrôle total sur le football gabonais et sur les finances du sport !

Krys Michaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mouguengui - Bilie By Nze - Simard © DR

Mais que se passe-t-il au sein de la sélection nationale de Football du Gabon ? Ces derniers mois, nous passons notre temps à être témoins de nombreux débordements et règlements de compte autour de l'équipe qui est censée porter les rêves des Gabonaises et Gabonais. Sans revenir sur les nombreuses déclarations d'Aubameyang sur l'amateurisme dont fait preuve la Fégafoot et les instances dirigeantes sur la gestion de ce dossier, il faut revenir à la genèse de nombreux problèmes: l'argent !

On se rappelle lors du passage éclair de Nicole Assélé en tant que Ministre des Sports de la mise à nue de certaines pratiques instaurées au sein de la Fegafoot autour du match des Panthères du Gabon. Elle avait fait le choix à cette époque de réformer en profondeur ce secteur en décidant de rationaliser les coûts et surtout d'arrêter de porter le discédit sur notre drapeau national ! On apprenait dans une des sorties de l'ancienne ministre que des sommes colossales étaient attribuées sous forme de primes aux différentes parties prenantes autour de l'organisation des matchs internationaux et selon certaines sources, sa volonté de mettre fin à ses pratiques lui aurait coûté sa place.

Mais de quelles pratiques parle-t-on ? Primes de match pour des personnes ne participant pas aux rencontres, primes d'organisation, rétrocommissions négociées avec certains prestataires... La liste est longue donc je ne vous donnerai que quelques exemples. Le premier est celui des primes versées aux instances dirigeantes lors de la tenue d'une rencontre d'un match international, on parle ainsi de 20 millions de francs CFA pour le Ministre, 15 millions pour le Président de la Fegafoot ou encore 6 à 7 millions pour le Trésorier juste pour le bon déroulement de la rencontre. Avec un football gabonais à l'agonie, où le seul salut vient d'une convention signée avec la GOC pour la reprise du championnat national, on comprend mieux pourquoi l'ancienne Ministre avait tapé du point sur la table à l'époque.

Le second point est autour des rétrocommissions qui sont reines au coeur de tout ce système: rétrocommissions sur le logement, sur le transport, surfacturation sur certaines prestations. On pourrait écrire tout un chapitre mais prenons les trois derniers exemples cités, avec en premier le logement. Beaucoup se demandent encore comment est décidé le lieu dans lequel séjourne l'équipe nationale  durant sa présence au Gabon. Passez de l'hôtel le Nomad au King Choice Hôtel, toujours en travaux à ce jour, devrait vous mettre la puce à l'oreille sachant que celui-ci appartient à un proche du Président de la Fegafoot.

La surfacturation ? On apprenait que la Fegafoot facturait pour plus de 5 millions d'eau, soit environ 1040 packs d'eau Andza pour un total de 8 320 litres pour une soixantaine de personnes ce qui fait une moyenne de plus de 20 litres d'eau par jour... Pas besoin de chercher bien loin pour savoir que sur un poste de dépense basique, certains s'en mettent encore plein les poches au détriment du contribuable gabonais donc je vous laisse deviner ce qui se passe sur le reste...

Le transport sera le point principal car il permettra de revenir à notre sujet premier, la guerre autour de Daniel Cousin. Nous avons encore en mémoire le conflit qui avait opposé le FNDS d'Igor Simard à la Fegafoot ,en apparence, sur l'affrètement d'un avion pour transporter les Panthères lors d'un  déplacement qualificatif pour la CAN. On avait alors assisté à un déferlement médiatique contre le FNDS et son administrateur sur les réseau sociaux avec le très célèbre Thibaut Adjatys en tête de liste, qui suite au paiement d'une coquette somme, prendra sa plus belle plume pour invectiver Igor Simard, conseiller du Président depuis 2008.

Dans un souci de rationalisation des dépenses et suite à de nombreux scandales étouffés en interne, la décision avait été prise de créer un compte d'affectation spéciale dédié au sport et dirigé par le Fonds National du Développement du Sport dont l'administrateur général aura été nommé en Conseil des Ministres. Cette décision fera grincer des dents non seulement la Fegafoot, qui voit ses dépenses contrôlées par une personne tierce, mais aussi la tutelle qui perd la main sur plus de 3 milliards de francs CFA et c'est là que le bât blesse.

Il sera donc décidé d'un commun accord secret entre la Fédération et le Ministre de "s'occuper" de ce problème en discréditant la gestion du Fonds afin de récupérer le contrôle sur cette manne financière. Outre les tentatives d'intimidation par voie administrative avec des courriers émanant du ministère des Sports et ordonnant entre autres le transfert de certains fonds sur des comptes non-autorisés, la calomnie sur la voie publique sera l'élément principal. La guerre menée autour de l'affrètement de l'avion des Panthères en est le principal exemple et c'est sur cet épisode que la place de Daniel Cousin se jouera. Pourquoi ? Parce que celui-ci a fait le choix de soutenir Igor Simard en déclarant publiquement que l'avion affrété pour les Panthères était conforme et ainsi, jeter le discrédit sur la tentative de déstabilisation mise en place. L'autre point sera l'envoi d'un courrier sur les impayés de salaire, par voie d'avocat, au ministre, au président de la fégafoot et à l'administrateur du FNDS et qui sera comme la goutte d'eau ayant fait débordé le vase.

Ces deux actions sonneront le début de la fin pour le néo-sélectionneur tant la rancune est tenace et que la présence d'un élément qui échappe au contrôle est problématique pour notre tout-puissant ministre. Celui qui se positionne publiquement en "trouveur de solutions" n'apprécie pas que l'on remette en cause son travail et que devienne publique cette affaire de salaires impayés. Ce scandale devient le grain de sable dans une machine bien huilée, surtout au moment où l'annonce de la reprise du championnat se fait en grandes pompes.

Afin de régler cette situation, BBN multipliera les sorties médiatiques où il qualifiera la demande justifiée de Daniel Cousin de "caprices" et d'actes "antipatriotiques". Il n'hésitera pas à dévoiler sa pensée profonde au cours de la même interview en annonçant qu'il a pour projet de refondre toute l'équipe dirigeante du football gabonais à l'issue des qualifications pour la CAN. L'objectif final ? Mettre des personnes qu'il maîtrise et reprendre la main sur la manne financière importante que représente le sport. De façon générale, le modus opérandi reste le même: régler ses comptes en sous-marin à toutes les personnes échappant à son contrôle tout en continuant de récupérer le succès de ces évènements qu'il critique avec pour exemple la Tropicale ou encore le Marathon du Gabon.

Affair à suivre...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran