Krys Michaud
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juil. 2019

Grande offensive sur la communication gouvernementale !

Les petites qui servaient de plan-cul dans les missions, les fils/neveux/ sans qualification qui étaient assis à la maison à ne rien faire ou les "bons petits des bons grands", tout ça c'est finit et c'est loin de plaire aux principaux concernés: les ministres !

Krys Michaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ça a crié dans les chômieres ministérielles lors de l’annonce du communiqué final du conseil des ministres !

Conseil des Ministres © Facebook Présidence de la République Gabonaise

Et pour cause ? Les membres du gouvernement ont vu l’attribution d’un poste stratégique leur échapper.
BOA, las de voir une communication gouvernementale mauribonde et en perte de vitesse, a mis un coup de pied dans la fourmilière pour voir un changement apparaître et dynamiser la communication de l'équipe dirigée par Julien Nkoghe Bekale. 

Neveux, maîtresses, anciens journalistes ou remerciement politique, le poste de conseiller en communication a toujours été de ceux que la plupart des ministres attribuait sans réelle réflexion et sans prendre en compte toute la dimension stratégique de cette fonction. Pour certains, il s'agissait plus d'avoir de communication intrapersonnelle en s'assurant une "petite" qu'ils pouvaient amener avec eux en mission pour traiter les dossiers tard la nuit, dans la chambre et tout nu...

En tout cas, l'inaudibilité du gouvernement, laissant entendre aux populations que rien ne se fait dans le pays, a été de trop. Surtout que comme l'a pointé du doigt le Président à ses proches collaborateurs, certains ministres savent communiquer quand il s'agit de mettre en avant leur tournée politique ou le fait qu'ils offrent une débroussailleuse à deux pelés et un tondu mais perdent cette compétence quand il s'agit de montrer les bienfaits de la politique de BOA.

Ces mêmes ministres qui se plaignaient de voir leurs attributions confiés à des super agences sont les mêmes qui, maintenant que leurs prérogatives leurs sont réatribbuées, ne cherchent pas plus que ça à montrer ce qu'ils font et surtout à défendre la politique globale.

Tiens par exemple, le défaut de solidarité gouvernementale lors du dossier épineux des bourses, le silence sur les sorties de Dynamique Unitaire ou tout simplement l'absence répétée de certains face aux multiples attaques dont est la cible est celui qui les a mis là sont les gouttes d'eau qui ont fait débordé le vase.

Pour palier à ce manque, relevé maintes et maintes fois, le palais du bord de mer a donc détaché les personnes qui composaient son équipe de communication dans différents ministères stratégiques.

Guilaine O. - Alaric M. - Olivier O. © Facebook

Pour exemple, Alaric Moubouyi-Boyer conseiller du président et considéré comme le numéro 2 de la communication présidentielle est envoyé en support au ministère de l'économie. Olivier Ongotha, conseiller du président lui aussi et à la tête du pôle digital, a quant à lui été envoyé au ministère du travail. Sans compter sur Evans Asseko, Guilaine Omanda ou encore Jean-Gervais Ndjimbi Ndong tous devenus conseillers en communication dans différents ministères.

Avec à la tête de la Direction de l'Information Gouvernementale, Liliane Bilogho, elle-même ancienne de la maison présidentielle, face à une Camelia Ntoutoume que l'on dit en perte de vitesse à la primature, la Présidence est bien décidée à redynamiser la communication gouvernementale.

Principaux fautifs de ce remaniement, de nombreux ministres songent déjà à "blacklister" ces conseillers en communication et à les placer au placard. Selon un membre du cabinet présidentiel, ce type d'action sera considéré comme une défiance envers le Chef de l'Etat et la sanction sera systématique. Sas compter, que ces mêmes ministres souhaiteront par la suite faire nommer des personnes et que la tâche peut s'avèrer très compliquée en cas de...

En tout cas, comme je dis toujours, affaire à suivre...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel