Qui est pris qui croyait prendre

La tentative d'instrumentalisation de la santé de BOA et le chantage qui en découlait a coûté sa place à la Première présidente de la cour d'appel de Libreville. D'une éventuel prestigieux poste convoité à la tête de la magistrature au chômage, il n'y a qu'un pas et une chose est sure: il n'est pas bon déraper en ce moment...

La tentative d'instrumentalisation de la santé de BOA et le chantage qui en découlait a coûté sa place à la Première présidente de la cour d'appel de Libreville. D'une éventuel prestigieux poste convoité à la tête de la magistrature au chômage, il n'y a qu'un pas et une chose est sure: il n'est pas bon déraper en ce moment...

Paulette Okally Paulette Okally

Nos gens là sont devenus durs et la sanction semble désormais automatique... La rafale continue avec ceux qui osent s'écarter du droit chemin et affronter de trop près le président. Les Assele, Ali Akbar and co... Maintenant c'est au tour de la première présidente de la cour d'appel de Libreville, Paulette Akolly qui a décidé de se venger d'une déception professionnelle car il y a peu se déroulait le conseil supérieur de la magistrature. De cet évènement a découlé une pluie de nominations et surtout une forte déception pour la magistrat qui attendait un poste bien plus élevé que celui de Premier Président de la Cour d'Appel de Libreville.

Avis de suspension de Paulette Akolly Avis de suspension de Paulette Akolly

Profitant de cette faiblesse, certains proches du président se sont rapprochés de la bonne dame pour lui proposer d'exercer une pression sur Ali pour qu'elle récupère son poste. Cela devait permettre aussi aux gens d'Akiéni (je n'ai pas cité de nom hein, pardon...) d'embêter leur frère et neveu chez qui ils n'ont plus les bonnes grâces. Pour réaliser cela ? Rien de plus simple, il suffisait d'interférer dans l'affaire de l'expertise médicale du président de la République demandée par les dix politiciens de l'appel pour agir. Paulette s'est donc amusée, oklm, à transgresser la constitution (mais bon qu'est ce qu'on a déjà pas vu) mais surtout à envoyer paitre sa hiérarchie directe en la personne de la cour de cassation, encouragée par ces personnes.. Si vous voulez les détails de la partie juridique, y'a plein d'articles à ce sujet sur le net et dans la presse écrite.

Mais le coup de pression n'aura pas l'effet escompté... En effet, vous apprendrez tous que celle-ci va se retrouver suspendue dès aujourd'hui de son poste. Le chantage a eu l'effet inverse que celui désiré par la bonne dame et en plus, dans la famille, je peux vous dire que ça chauffe... Quoi vous voulez une preuve ? Demandez aux personnes présentes au mausolée de Léon Mba le 16 août si Mme Paulette Akolly était là ? Quand ils vous auront dit non, vous découvrirez qu'elle est désormais remise en cause dans sa famille et que l'accès lui a été refusé à deux reprises à deux entrées différentes.

 

La magistrate qui pensait pouvoir faire chanter BOA se retrouve le bec dans l'eau et il se murmure que la rafale est loin d'être finie pour tout ceux qui s'attaquent de manière voilée à Ali Bongo.

En tout cas, affaire à suivre... 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.