Krys Michaud
Abonné·e de Mediapart

44 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2019

Ping s'arrange avec Gabon Media Time pour ne pas parler de son trafic de bois

Une étude de "the environmental investigation agency" vient de mettre à jour l'implication de plusieurs acteurs politiques de haut rang dans le trafic de bois. L'information a été reprise par les principaux médias en ligne dont Gabon Media Time et Gabonreview mais l'un d'eux a évité de citer certains noms...

Krys Michaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette enquête fait grand bruit et elle dénonce clairement les personnes qui bénéficient du trafic de bois au Gabon. On est encore dans une énième dénonciation d'éventuelles détournements mais là pour une fois, elle est très bien documentée ! Ce rapport de plus de 80 pages et qui a nécessité des années de recherche nomme clairement plusieurs personnes coupables d'actes criminels. Les trois noms côté gabonais sont ceux de la ministre de l'égalité des chances, Estelle Ondo, de l'ancien gouverneur du haut-ogooué, Jacques-Denis Tsanga et enfin celui de l'ancien président de l'Union Africaine, Jean Ping.

Article de Gabon Media Time sans aucune référence à Jean Ping © Gabon Media Time

Les deux anciens ministres des eaux et forêts sont accusés clairement de pots-de-vin de plusieurs dizaines de millions de francs CFA à chaque fois. Le processus est simple: les sociétés forestières, notamment chinoises, versent des "cocas" aux autorités pour éviter les problèmes et avoir la vie facile, ce qui permet de voler allègrement les richesses naturelles du pays. Avec la récente incarcération de deux hauts responsables des eaux et forêts, la découverte du trafic de kévazingo au port d'owendo et les document fournis par l'enquête, il s'agit allègrement de milliards de francs CFA détournés chaque année par les compagnies. Encore une fois on nous vend, mais on nous vend carrément moins cher...

Pour ce qui est de Jean Ping, les révélations sont encore plus fortes.. On nous informe tout simplement que la campagne présidentielle du président élu a été financée par l'un de plus gros trafiquants de bois d'Afrique centrale et qui n'est autre que son cousin ! En fait si Ping gagnait, il allait offrir le bois du Gabon aux chinois comme il a fait avec les permis de pêche et les bateaux européens. Pour quelques millions d'euros, on aurait bradé ce qui fait de nous l'un des leaders de la lutte environnementale dans la sous-région et sur le continent.. Mais bon, la soif de pouvoir, on est fatigué de voir ça quotidiennement..

Mais bon là encore rien d'étonnant on connaît nos types ! Ce qui est encore plus fort c'est que pour éteindre l'incendie, l'équipe comm' du président élu a eu la bonne idée de négocier avec Gabon Media Time pour que le nom de leur patron n'apparaisse pas dans le média en ligne numéro un. Le journaliste viendra parler de choix éditorial, car réputé proche de l'opposition mais bon on ne lui en veut pas il faut bien manger un peu, mais il est quand même étonnant de voir le nom des deux ministres et leurs photos en une de leur article, sans ne JAMAIS voir apparaître le nom de Jean Ping ? Etant sûrement du camp de BOA, les anciens ministres apparaissent comme plus bankable. Surement un nouveau contrat à gagner par le même procédé que celui utiliser pour certaines administrations.

On aurait pu croire au choix éditorial si seulement Jean Ping n'était pas cité dès les premières pages de cette enquête, si les liens n'étaient pas si clairement établis, si les enquêteurs n'avaient pas pris la peine d'expliquer toute l'histoire de Ping dans le pays et ses liens avec Omar Bongo. Certains diront choix éditorial, nous on vous révèle simplement l'arrangement en cours à base de millions de francs CFA. Une chose est quasiment sûre, c'est qu'une réaction rapide va arriver: la publication d'un article sur Ping au final ? ;) moi mon article était en ligne à 22H30 ! 

Et ce qui est encore plus drôle, c'est que dans cette histoire on assiste à une autre blague, laquelle ? Bah le simple fait que l'équipe comm' du Président Elu ne prenne pas la peine de négocier avec Gabonreview qui a sorti un article au vitriol, est synonyme du changement de force dans le monde des médias en ligne. Ils lui ont surement dit comme d'habitude qu'il fallait qu'il attaque pour "rester crédible" mais il s'agit simplement d'économies face à une perte de vitesse ;)

Envie de voir un morceau de la guerre médiatique ? Je vous invite à aller lire l'article de Gabonreview sur le classement Alexa qui est à peine orienté vers son principal concurrent Gabon Media Time.

Entre guerre dans l'opposition, le retour de BOA et la guerre des médias, on peut dire qu'on a de quoi s'occuper !

Affaire à suivre...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas. Une enquête à lire et à regarder.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La socialiste et le partisan de la Remontada ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche pour la présidentielle, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran