L CANDOTTI
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2015

Invoquons « l'ordre libertaire » d'Albert Camus contre la guerre interculturelle globalisée.

L CANDOTTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Invoquons « l'ordre libertaire » d'Albert Camus contre la guerre interculturelle globalisée.

Par Sergio M., économiste (posté sur Facebook le 17/01/2015 à 11:26).

Ce qui a changé en 40 ans, c’est qu’il ne s’agit plus désormais de « guerres civiles in vitro » dans un laboratoire confiné à un seul pays (un pays-frontière entre deux blocs en guerre froide par exemple). On assiste aujourd’hui à une guerre des images et des slogans qui, pour être essentiellement médiatisée par des écrans, n’est plus simplement virtuelle mais bien réelle, concrète et violente, et qui assume les contours d’une guerre civile mondialisée.

Il ne s’girait pas tant d’une guerre entre états (encore que) mais d’une guerre entre humains : entre une poignée de libres-penseurs anarchistes d’un côté, revendiquant une liberté d’expression et de conscience totale, y compris celle de conchier l’absence de liberté de conscience, et de l’autre de fondamentalistes ne jurant que par des Idées et abjurant tout droit des corps à une existence libre et heureuse.

Il est vraisemblable que la question de la responsabilité ait à se poser, au moment où l’on assiste avec effroi à l’émergence d’une guerre civile et interculturelle mondialisée. Et ce même à des anarchistes, pourvu qu’ils soient pacifistes et non-violents. Soyons laïques oui, avec détermination, mais pas intégristes de la laïcité et de la liberté, au mépris de la liberté de l’autre, fut-elle celle de choix aliénants. Il n’y a que la culture qui puisse jeter des ponts et offrir des portes de sortie à la pensée aliénée et aux corps meurtris. Il semble que la question de la non-violence soit d’une brulante actualité. Il faudrait sans doute quitter le monde des Idées et préparer un grand festin de Babette mondialisé, qui parle aux corps et accouche de nouvelles idées, concrètes et bienfaisantes pour les corps et les esprits. Rétablir ce faisant les équilibres planétaires en réalisant les objectifs d’une écologie politique globale qui préserve les ressources et redistribue la richesse. Relocaliser l’économie et en faire le centre de l’utilité sociale et de la démocratie. Faire de la laïcité l’outil de paix et de fraternité qu’elle est, mais sans frontières s’il vous plaît, et surtout au-delà des nations. Nous invoquons l’ordre libertaire d’un  Albert Camus contre le désordre des Idées qui méprisent la Vie et l’Altérité. Oui, la paix est un combat, mais on doit l’atteindre par des moyens non-violents (sauf dans les guerres défensives face à une réelle invasion comme dans le cas des guerres européennes du XXè s.). Défendons le principe selon lequel les moyens doivent préfigurer la fin contre celui, tragique et mortifère, de moyens que la fin justifierait au mépris du but poursuivi et des valeurs en jeux : liberté, fraternité, égalité, laïcité et attention à l’autre, paix, solidarité et justice.

Cette « guerre civile in vitro mondialisée » apparaît comme la guerre spectaculaire des Idées – avant tout sociétales et culturelles – qui sépare et divise, pour permettre à l’horreur économique et écologique de continuer à spolier la planète et la majorité de ses habitants, y compris de classes moyennes des pays riches.

Elle déplace l’enjeu du terrain économique et social à celui idéologique. La défense de la « liberté d’expression », voire d’une laïcité « à la française » dans le contexte des enjeux réels qui régissent l’avenir de l’humanité mondiale (la redistribution des richesses et la protection des ressources), risquerait ainsi de constituer une guerre idéologique et un alibi « cosmétique » qui cache la forêt : celle de la criminalisation de l’économie, de la connexion mondiale en cours entre crime organisé et oligarchies économiques, de l’attaque généralisé contre ce qui reste de l’Etat social dans les économies avancées. Une attaque qui constitue la seule entreprise de destruction réelle à l’œuvre et la seule menace de « remplacement » réel : le remplacement de la civilisation et des conquêtes sociales par la barbarie des mafias du capitalisme ordinaire, et pas seulement financier.

Alors, espérons. Espérons que le soulèvement pacifique du peuple français finisse par être compris pour ce qu’il porte de meilleur : l’esprit de tolérance. Espérons aussi, et surtout travaillons, pour que demain les peuples se lèvent ensemble pacifiquement pour porter la cause commune de l’humanité : la réappropriation de l’économie, en fédérant des républiques sociales, dans la diversité des cultures, pour la paix, la coopération et le progrès civil.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux