L'importance de la Facilitation

La facilitation est indéniablement une brique du monde post effondrement. Mais quels sont ces enjeux, ces principaux objectifs et quel impact peut-elle avoir ?

La facilitation de groupe est un process dont le choix est acceptable pour tous les membres du groupe, suffisamment neutre et qui n’a aucune autorité décisionnelle, diagnostique et intervient pour aider un groupe pour identifier, résoudre les problèmes, prendre des décisions et pour augmenter l’efficacité du groupe.

-- Roger Schwarz, IAF (Association Internationale des Facilitateurs)

Facilitation © Gweltarz Rolando Facilitation © Gweltarz Rolando

La facilitation est une facette importante de La Bascule. Il est bien plus agréable et efficace de participer à une réunion animée par un facilitateur que par un des participants à cette réunion. Le gros avantage est qu’elle permet, étant donné la présence d’une personne extérieure pour animer la réunion de libérer la charge mentale que mobilise cette dernière pour tous les membres du groupe. Cela permet à l’animation de la réunion de prendre du recul face à la situation et au contexte pour se concentrer sur l’animation de la réunion. Cela permet à la fois au groupe de se concentrer sur l’émergence des possibilités, mais aussi au facilitateur d’avoir uniquement en tête le déroulé de la réunion.

Les quatre leviers d’action du facilitateur

Faciliter est un verbe qui signifie rendre (plus) facile, simplifier une situation. Ainsi, faciliter les choses, c'est en ôter les éventuels obstacles et difficultés qui viendraient entraver leur réalisation.[i] Il y a quatre leviers sur lesquels agir le processus, le temps, les participants et l’espace.

Tous les efforts du facilitateur n’ont qu’un seul bénéficiaire : les participants. Tout doit être orienté en ce sens. Le comportement de ces derniers est déterminé par leurs émotions, leurs ressentis et les liens qu’ils ont entre eux, y compris le facilitateur. Gérer les relations interpersonnelles est pour moi l’aspect le plus difficile d’une session, a quelle distance les participants doivent-ils être les uns des autres ou est-ce que certains ne doivent pas se faire face (afin d’éviter une mise en scène de la confrontation par exemple) sont les facteurs les plus impactants. Il faut passer suffisamment de temps à présenter les participants entre eux s’ils ne se connaissent pas et au sujet s’ils ne le connaissent pas suffisamment non plus. Faire preuve d’empathie et poser des questions aux participants est la clé pour que les processus de la session soient alimentés par les participants. Ces questions doivent permettre de pouvoir adapter le processus aux personnes qui le vivent, c’est le deuxième pilier de la facilitation.

Adapter le déroulement d’une session pour la rendre la plus efficace possible passe par la gestion de l’information que l’on donne au participant autant que les activités que l’on leur fait faire. Un facilitateur donne en permanence des informations aux participants. Il est important que ces informations soient toujours claires, concises et données au bon moment afin que chaque participant puisse la comprendre et l’assimiler facilement. Par exemple, faire en sorte que tous les participants connaissent les horaires ou les objectifs de la session dès le début de cette dernière, mais les détails pratiques des ateliers qu’au début de ces derniers est important. Réorganiser le contenu de la session en fonction des participants est crucial pour que la session réponde à ces objectifs, mais d’un autre côté la session doit apparaitre de façon structurée et faire la balance entre la flexibilité du processus et sa stabilité. Cela peut passer par un flipchart ou une présentation explicative par exemple. Tous ces éléments doivent trouver un bon emplacement dans l’espace afin de bien servir leur intention, c’est le troisième pilier de la facilitation.

Faciliter l’espace c’est dans un premier temps gérer le cadre dans lequel sont installés les participants. Créer le bon type de cadre peut sauver une session facilitée ou au contraire la condamner si le cadre n’est pas le bon. Pour créer un cadre adapté, il faut considérer la configuration de la salle, l’ordre des places et le type de place (cercle, chaise, etc.) à la fois des personnes, mais aussi du mobilier.
Faciliter l’espace, c’est dans un second temps gérer les facteurs environnementaux. Des facteurs tels que la lumière, le son ou la température d’une pièce peuvent grandement influencer une séance.

L’insertion de pause pour sortir du cadre, au minimum toutes les deux heures et entre chaque changement de posture est un bon moyen de mettre le rythme d’une session au service de cette dernière. Bien utiliser le temps permet de s’en faire un allier plutôt qu’un ennemi.

Les cinq niveaux d’intervention dans la facilitation.

Le premier niveau est l’esprit facilitant. Mobiliser sa bienveillante, son empathique pour rendre plus facile la tâche d’une autre personne, c’est l’action facilitante par excellence. Chacun d’entre nous est un facilitateur sans le savoir plusieurs fois par jour ; par exemple dans la rue quand vous aidez à traverser une personne âgée ou un déficient visuel. Les actes d’entre-aides sont nécessaires et à la portée de tous.
Nous pouvons aussi agir au niveau des interactions collectives, c’est le deuxième niveau d’intervention. L’empathie n’est malheureusement pas suffisante pour mettre 10 personnes d’accord. Dans des groupes, on peut user de méthodologie et d’outils afin de faire émerger et mettre en valeur les idées du collectif et accompagner la prise de décision.
Une fois ces décisions prises, il faut accompagner dans le changement, c’est le troisième niveau d’intervention des facilitateurs. Dire qu’une fois une décision importante prise, il ne reste plus qu’à la mettre en œuvre est simpliste. C’est même souvent nettement plus compliqué que prévu à plus forte raison quand tout le monde n’est pas impliqué dans cette prise de décision. La bonne acceptation et application de cette décision nécessite de réunir toutes les conditions de réussite pour une appropriation du changement par les personnes impactées et c’est le rôle du facilitateur de réunir toutes ces conditions. Sur des temps collectifs comme celui-ci avec de plus grands groupes, le facilitateur n’agit plus seul, mais en équipe et sur plusieurs étapes avec une préparation en amont plus importante que pour une simple réunion. Parfois les groupes sont si grands qu’il m’est arrivé de faire appel à des facilitateurs pour faciliter les facilitateurs ; c’est une question de culture de l’organisation.
Faciliter l’appropriation de cette culture de la facilitation est le quatrième niveau d’intervention du facilitateur. Avec des facilitateurs, l’entre-aide est encouragée, les temps collectifs productifs, les changements facilités avec soin, cela mène à une reconnaissance de cette culture de la facilitation. C’est toute une organisation qui avance vers plus de collaboratif et d’agilité. A la Bascule, nous avons internalisé un groupe de facilitateur afin de diffuser par l’expérimentation les bonnes pratiques pour des temps collectifs à fort impact.
Cela amène chacun à faire plus attention à ces pairs et cela se propage au-delà de La Bascule dans tout notre écosystème, c’est le cinquième niveau d’intervention de la facilitation. Faciliter une transition vers un mode de fonctionnement plus soutenable non seulement pour tous, mais surtout pour l’environnement et la biodiversité. Compte tenu du contexte sociétal (effondrement de la biodiversité, réchauffement climatique, ravages environnementaux, inégalités sociales), c’est le grand défi du 21ème siècle : faire basculer notre modèle sociétal vers un modèle démocratique écologique et solidaire.

Quentin Erades, Facilitateur.

Source et bibliographie :

euforia. (2019). euforia Facilitation Handbook.

Faciliter : Définition simple et facile du dictionnaire. (2019, août 25). Récupéré sur L'internaute: https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/faciliter/

Schuman, S. (2005). The IAF Handbook of Group Facilitation Organisation. Jossey-Bass.

Schwarz, R. (2016). The skilled Facilitator. Jossey-Bass.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.