Toutes les fakes news sont elles bonnes à combattre?

Danger connu : certaines fakes news se rependent de façon incontrôlées, elles contaminent les esprits, et les populistes s'appuient sur elles pour gonfler leurs scores aux élections. Chacun doit prendre conscience qu'il peut se faire manipuler et, en partageant la fake news, manipuler les autres. Mais certaines fakes news sont-elles bonnes à dénoncer ?

Au grès des informations dispensés nous pouvons relever quelques exemples intéressant.

1er exemple le 06/03/2109 sur le plateau de C à Vous, à partir de 2min40

à partir de 2min40

Le journaliste Patrick Cohen, nous informe que l'accord de libre échange entre l'Union Européenne et le Canada a permis aux producteurs de fruits et de noix d'augmenter leurs exportations de 29%.
Petites questions cependant qu'on aurait aimé poser au journaliste : pourquoi -pour parler de cet accord de libre échange qui concerne la quasi-intégralité des marchandises pouvant être vendues - est-il spécialement intéressant d'isoler le domaine des fruits et des noix ? Parce ce qu'il est particulièrement représentatif de l'ensemble des échanges commerciaux ou bien simplement parce qu'on veut indiquer au téléspectateur ce qu'il doit penser de cet accord? Et surtout, si on évoque les exportations (ce qu'on vend chez les autres), pourquoi ne pas évoquer les importations (ce que les autres vendent chez nous), afin de réaliser la balance commerciale et constater ainsi si le solde est positif ou négatif. Nous nous contenterons évidemment du chiffre des exportations !

2ème exemple : Emmanuel Macron voit parmi les gilets jaunes entre « 40 000 à 50 000 ultras violents qui veulent abattre les institutions » (https://www.lci.fr/politique/si-etre-gilet-jaune-c-est-vouloir-que-les-francais-vivent-mieux-alors-je-suis-gilet-jaune-les-confidences-d-emmanuel-macron-a-tf1-lci-2111714.html).
Petit problème : comme l'a montré Médipart les services de renseignement (ses services de renseignement) estiment la présence de l'ultra gauche et de l'ultra droite comme « quasi inexistantes au sein des cortèges » (https://www.mediapart.fr/journal/france/080319/gilets-jaunes-macron-affirme-l-inverse-de-ce-que-disent-ses-services-de-renseignement?onglet=full). D'où le président tire-t-il donc cette information ? Est-ce son sentiment profond ? Ou bien ne serait-ce pas simplement une façon de favoriser une stratégie politique, au détriment de la recherche de vérité?

3eme exemple : la retraite des cheminots, à partir de 2min30

à partir de 2min30 © C Pol

A l'occasion de la réforme ferroviaire de l'an passé, il a été mis en avant certains avantage dont bénéficient les cheminots, parmi lesquels la possibilité pour un cheminot de prendre sa retraite à 57 ans voir 52 pour les conducteurs, contre 62 ans pour le régime général..... Information dite, redite, écrite, réécrite, et même passée au fake cheking...
Petit détail à noter cependant: pour prendre sa retraite à taux plein, le cheminot devra avoir travaillé 43 ans (comme tout le monde).... donc s'il a commencé à 20 ans il devra aller jusqu'à 63 ans ! (https://www.la-retraite-en-clair.fr/cid3198285/retraite-agents-sncf.html). Pourquoi l'information sur l'age de départ à la retraite des cheminots a donc-t-elle été tronquée ? Parce que le nombre d'années de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein est un détail sans importance, ou parce qu'il s'agissait de faire passer un message en vue de faire passer une réforme ?

4ème exemple : l'Émission « Salut les terriens » du 06-04-2019 reprend une fake news

Salut les terriens le 6 avril 2019 © Actu Médias

L'émission Salut les terriens du samedi 6 avril 2019, repasse un échange entre François LANGLET et Jean-Luc MELENCHON, où les deux hommes s'écharpaient il y a quelques années sur une supposée corruption d'Evo MORALES président de la Bolivie.
Commentaire de Thierry ARDISON, qui donne raison à François LANGLET : « c'est dommage parce que JL MELENCHON aurait pu être le représentant de la gauche avec une certaine hauteur etc. ».... Sauf que c'était une fake news, à laquelle c'était laissée prendre le journaliste de France 2.
Et ce n'est finalement que grâce à son honnêteté que la vérité est rétablie. Car « Salut les terriens » n'avait pas jugé bon de prendre la peine de vérifier qui disait vrai. L’émission avait acté d'office que le débat opposait MELENCHON – forcément de mauvaise foi- à LANGLET - qui est infaillible !

D'évidence, la diffusion de ces informations n'a pas soulevé d'indignation particulière, ni d'auto-critique alors même que certains qui les ont diffusées sont les premiers à dénoncer les fakes news.
Alors, posons franchement la question. Ce type d'information est-il bon à dénoncer ? Question ouverte...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.