"28 jours - texte n°4" par N.E., retenue iranienne

"28 jours - texte n°4" est l'avant dernier texte d'une série de cinq, regroupés sous le titre "28 jours". Écrits par une femme iranienne, détenue dans un centre de rétention en France, ces récits kafkaïen des tribunaux, dénoncent l'absurdité et la violence de ces lieux de détentions.

 28 jours

 

Texte n° 4 :

 

Heure : 9h00. Début de l’audience

L’accusée au juge : Nous ne pouvons pas rentrer dans notre pays. Si nous rentrons, notre vie y sera en danger et nous risquons la peine de mort.

Le juge : Vous restez au centre 28 jours et pendant ce délai, nous allons discuter avec le consulat de votre pays pour vous prendre billets retour vers votre pays et vous n’aurez plus jamais le droit de revenir en France.

Fin de l’audience : 9h30.

Un an plus tard.

Fantôme  de l’accusée : Grand Ancêtre, je veux venir en France et faire un selfie du haut de la tour Eiffel car je n’ai pas pu voir la tour Eiffel de mon vivant.

Fantôme du Grand Ancêtre de l’accusée : Ne fais pas ça, le juge avait pris un arrêté t’interdisant de revenir en France et les fantômes de la police vont t’arrêter et le fantôme du juge va t’emprisonner pour 28 jours !!

 

N.E.

 

Texte n°4 Texte n°4

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.