La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

316 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2017

Appel à la fédération des collectifs et individus solidaires des personnes exilé-e-s!

Face à la violence envers les personnes exilées annoncée par la prochaine loi immigration et asile dont les débats à l’Assemblée nationale ont débuté le 12 octobre, nous, collectifs et associations de terrain non dépendants de subventions de l’État, luttant pour que ce pays soit un véritable refuge, prenons la parole...

La Chapelle en Lutte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Face à la violence envers les personnes exilées annoncée par la prochaine loi immigration et asile dont les débats à l’Assemblée nationale ont débuté le 12 octobre, nous, collectifs et associations de terrain non dépendants de subventions de l’État, luttant pour que ce pays soit un véritable refuge, prenons la parole et nous engageons dans un combat afin de faire connaître notre refus catégorique de sa politique de rejet et de pousser l’État à reconstruire une politique d’accueil nationale, définie par les personnes concernées et la société civile.

L'appel à l'organisation des états généraux du 7 octobre, d'Emmaüs international et d'Emmaüs France, structures liées à Emmaüs Solidarité appliquant la politique de l'état, rassemblèrent de nombreuses associations et organismes d’aide aux personnes exilées, mais ils ne suffiront pas à fédérer et à exprimer toutes les différentes forces de terrain, bien que pilote également du projet du Sursaut citoyen, par le financement notamment des postes des membres du comité de pilotage. Rappelons que jamais ne participent à ces rassemblements les personnes en situation d’exil, des sujets et non des objets, du bétail ou des ligne statistiques, ni celles et ceux qui sont là, à leurs côtés, au quotidien, dans le froid et la pluie, celles et ceux qui ouvrent les portes de leurs domicile aux plus fragiles, qui cuisinent des marmites de nourriture chez elles, qui accompagnent à la préfecture, à l’hôpital, à l’OFII et à l’OFPRA, qui traduisent les récits, les personnes qui enfin, sont là dans les aéroports pour résister aux expulsions.

Ne laissons pas notre contestation se faire absorber par les associations mandatées par l'état !

Pour mémoire, Thierry Khun, président d'Emmaüs France et ancien président de Emmaüs Solidarité soutenait en juin dernier le dispositif de centre de tri de la Ville de Paris. Soit la veille du rendez-vous de l'association à l'Elysée, où elle s'était rendue avec une délégation d'associations et collectifs lui permettant de légitimer sa demande de dialogue avec l'Etat. Mais depuis, pas l'ombre d'un communiqué dénonçant l'intendance de Emmaüs dans ce centre. Thierry Khun, proche de Nicolas Hulot, cherche-t-il à se placer en leader d’ un mouvement de contestation, ou plutôt à se positionner comme candidat au poste de « commissaire aux réfugiés » ? (voir http://www.telerama.fr/monde/accueil-des-migrant-emmaus-adresse-un-defi-a-emmanuel-macron,159880.php)

Le projet du Collectif pour une Nation-Refuge propose un manifeste co-écrit avec plusieurs associations et collectifs comme socle commun de revendications possibles. Ce mouvement réunit des personnes qui se sont rassemblées localement autour de l’accueil de personnes exilées, en milieu rural par exemple mais aussi dans de nombreuses grandes villes. Celles et ceux qui le souhaitent sont invitées à rejoindre ce mouvement qui cherche à se positionner comme interlocuteur civil de l’État.

Il est urgent et nécessaire que nous, collectifs et associations de terrain, nous organisions autour de valeurs définies, et d’actions concrètes exprimant tout autant ce que nous refusons radicalement que ce que nous proposons avec ferveur.

Ainsi, par exemple nous refusons catégoriquement l’application (systématique ou pas) du règlement Dublin III, telle que le demandait aux préfets une circulaire du ministère de l’Intérieur datant du 16 juillet 2016, qui met en péril de nombreuses vies humaines sur l’espace Schengen. Nous refusons également toute expulsion de personne vers son pays d’origine alors qu’elle cherche à trouver un refuge en Europe, que ce soit par le biais d’un pays membre, d’un pays « sûr » ou pas. Nous refusons catégoriquement que l’Europe devienne une forteresse impénétrable pour celles et ceux qui se retrouvent en situation d’exil, quelles que soient leurs motivations. Ces dernières doivent être considérées avec bienveillance et non avec présomption de mensonge systématique, obéissant à une politique de quotas.

Nous refusons toutes les distinctions faites de catégories migratoires. Nous refusons les multiples et quotidiennes maltraitances administratives et policières à l’encontre des personnes exilées, dans l’espace Schengen, à ses frontières ou dans les zones d’externalisation. Au regard de leur objectif prétendu (décourager la demande d’asile), ces pratiques sont inefficaces, inhumaines, coûteuses et honteuses pour un pays qui prétend être une démocratie.

En revanche, nous affirmons fermement notre volonté d’accueil, dans des conditions dignes. Nous affirmons que les pays européens sont coresponsables de ces exodes, impliqués la misère et les guerres qui détruisent, tuent et poussent des personnes à fuir. Ils doivent en conséquence assumer non seulement leur mission mais aussi leurs responsabilités. Nous affirmons être prêts à penser les bases d’une société nouvelle, où la liberté de circulation et d’installation serait possible pour les humains, et non pas uniquement réservées aux capitaux et aux marchandises ou aux plus riches de ce monde.

Réfugié-e-s Exilé-e-s Sans-Papiers Étranger.ère.s Citoyen.ne.s Tous Solidaires les uns des autres, nous devons nous unir et faire front afin d’empêcher toute personne de vivre dehors, d’être expulsée, d’être maltraitée, de ne pas avoir accès à ses droits.

Pour lire le manifeste RESPECTS et/ou adhérer au C-N-R : http://www.c-n-r.org

(Premiers signataires : Paris d'Exil Polyvalence Collectif solidarité Migrants-Wilson Welcome Bordeaux Le MAS Eymoutiers Les Eveillés les Amigrants de Rouen Une terre pour Tous Collectif des Batignolles Collectif des P'tit Dej' à Flandres La plateforme d'aide aux réfugiés en France United Migrants La gamelle de Jaurès Revivre Collectif sénonais de soutien aux migrants et réfugiés)

Groupe facebook : https://www.facebook.com/collectif.pour.une.nation.refuge

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison