La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

296 Billets

2 Éditions

Billet de blog 23 déc. 2021

Enfermement en centres de rétention et crise sanitaire : une obstination insensée

Malgré les foyers épidémiques qui se multiplient dans les centres de rétention, la politique d’enfermement continue à plein régime. La Cimade appelle à la fermeture des centres de rétention, fermeture d’autant plus urgente durant cette pandémie, et demande au ministère, à tout le moins, de prendre toutes les mesures nécessaires afin de ne pas mettre en danger les personnes enfermées...

La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 9 décembre, La Cimade dénonçait déjà un retour à l’anormal dans les centres de rétention en pointant le dépistage positif au Covid-19 de plusieurs personnes enfermées notamment au centre de rétention n°3 du Mesnil-Amelot. Nous venions d’apprendre qu’un important cluster y avait cours depuis le 27 novembre. Au 10 décembre nous dénombrions 22 cas positifs sur 74 personnes enfermées. La situation au centre de rétention n°3 du Mesnil-Amelot n’est pas isolée. Au CRA de Lyon, au moins 39 personnes sont infectées par le Covid 19. Au CRA de Nice, ce sont 12 personnes qui ont été testées positives.

Ainsi, les foyers épidémiques se multiplient dans ces lieux d’enfermement et pourtant l’administration s’entête. L’absurdité de cette obstination va jusqu’à permettre d’enfermer des nouvelles personnes dans le CRA n°2 du Mesnil-Amelot alors que celui-ci est, sur de nombreux points, indissociable du CRA n°3 actuellement confiné. Si les CRA concernés par un cluster sont « gelés », l’activité dans les autres centres de rétention ne diminue pas : au contraire, celle-ci absorbe l’impossibilité pour les préfectures d’enfermer dans les centres confinés. Le ministère de l’intérieur, malgré nos alertes, continue d’appliquer une politique d’enfermement aveugle ne tenant en rien compte de la cinquième vague qui parcourt le pays et qui s’annonce plus importante que les précédentes du fait d’un variant plus contagieux. L’inefficience voire l’inexistence de réels protocoles, à l’entrée et durant le temps de l’enfermement, entraîne nécessairement la propagation du virus au sein de ces lieux de privation de liberté où par nature la distanciation sociale et le respect des gestes barrières sont impossibles. Le ministère fait fi de ces contraintes fortes, et continue d’utiliser ces lieux d’enfermement au maximum de leur capacité, depuis le mois de septembre, alors que depuis le début de la crise sanitaire et jusqu’à l’été 2021, ils fonctionnaient à capacité plus réduite.

Outre le danger pour les personnes exposées au Covid-19, ces clusters ont des conséquences néfastes sur les droits des personnes enfermées comme le droit d’assister à son audience ou de recevoir des visites. C’est ainsi que depuis mars 2020 nous avons assisté à la remise en cause de nombreux droits, pourtant fondamentaux, sous couvert de gestion de la crise sanitaire. En outre, alors que partout ailleurs le gouvernement appelle à la prudence et au respect des gestes barrière les plus élémentaires, il ne permet pas le respect ni la mise en œuvre de ces mêmes principes dans ces lieux de privation de liberté, ce dont il se doit pourtant d’être garant. Cette crise, qui perdure, ne peut être une excuse pour bafouer les droits et la dignité des personnes enfermées qui souffrent de l’acharnement de l’administration à poursuivre sa politique d’enfermement quoi qu’il en coûte.

La Cimade appelle à la fermeture des centres de rétention, fermeture d’autant plus urgente durant cette pandémie, et demande au ministère, à tout le moins, de prendre toutes les mesures nécessaires afin de ne pas mettre en danger les personnes enfermées et de ne pas porter atteinte à leurs droits et à leur dignité. Pour ce faire il est primordial de réduire de manière significative le nombre de personnes enfermées, de prévoir un protocole permettant de s’assurer qu’aucune personne positive ne puisse être placée ou maintenue en rétention et de lutter contre la propagation du virus si cela s’avérait nécessaire. Il est urgent qu’une prise en compte efficiente des vulnérabilités et comorbidités des personnes enfermées soit instaurée. Enfin il est essentiel de prévoir que toute personne testée positive soit remise en liberté et fasse l’objet d’une prise en charge médicale adaptée au regard des risques de contamination, leur privation de liberté ne pouvant se justifier en l’absence de perspectives d’éloignement à bref délai.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous