La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

302 Billets

2 Éditions

Billet de blog 24 juil. 2020

La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

Pendant ce temps, des centaines d’enfants continuent à être enfermés

Depuis l’examen en 2018 de la loi Asile et immigration, dont les débats n’avaient pas permis d’interdire l’enfermement, plus de 600 enfants ont vécu le traumatisme de la rétention en France métropolitaine.

La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’année dernière, 136 familles (dont 279 enfants) ont été enfermés en rétention en métropole, et plus de 3 000 à Mayotte. Plus de 150 enfants ont aussi été privés de liberté en zone d’attente.
Depuis deux ans, La Cimade, UNICEF France et ses partenaires portent sans relâche cette question cruciale à l’attention des décideurs publics.

En mai dernier, après un an et demi de travaux, le député Florent Boudié, soutenu par l’ensemble du groupe parlementaire La République En Marche, déposait une proposition de loi visant à encadrer strictement la rétention administrative des familles avec mineurs.

La portée du texte était trop réduite : la proposition « encadrait » la rétention plutôt que de l’interdire, et se cantonnait à la rétention en métropole, sans inclure l’outre-mer et la problématique de la zone d’attente. Toutefois, ce texte contenait des avancées telles que l’interdiction de la rétention des femmes enceintes et la limitation de la « rétention de confort » (abrogation de la possibilité de placer en rétention des familles avec enfant dans les 48 heures précédant le départ programmé du territoire, au prétexte de leur éviter des contraintes liées à leur transfert.)

Surtout, la mise à l’agenda du texte en séance publique à l’Assemblée Nationale permettait de ré-ouvrir la voie à une interdiction stricte de l’enfermement administratif des enfants – comme le commande l’application de la Convention des Droits de l’Enfants. De nombreux députés – y compris membres de la majorité – avaient d’ailleurs déposé une série d’amendements dans cet objectif. C’est aussi le message qu’avaient unanimement porté les associations lors d’une audition par la commission des lois, le 5 juin dernier.

Et pourtant, contre toute attente et la veille de son examen en Commission des Lois le 10 juin dernier, le texte a purement et simplement été retiré de l’agenda parlementaire. Un retrait à la hâte, dans des conditions inhabituelles, et qui n’a fait l’objet d’aucune justification publique.

Le député Florent Boudié a simplement affirmé dans la presse que « tout n’était pas calé ». La position du gouvernement vis-à-vis du texte n’a quant à elle pas été rendue publique.

Alors que la France vient d’être très sévèrement condamnée par la CEDH pour la rétention de deux enfants de 3 et 5 ans, leur rattachement illégal à un adulte inconnu et leur éloignement expéditif vers les Comores sans possibilité d’exercer un recours et que des centaines d’enfants continuent à être enfermés pour des raisons migratoires, il est urgent d’agir.

Nous appelons donc au retour rapide de ce sujet au parlement. L’occasion d’interdire enfin l’enfermement administratif des enfants, et de faire prévaloir l’intérêt des enfants sur toute autre considération.

Relayez ce tweet pour rappeler aux députés l’urgence d’interdire l’enfermement des enfants !

Relayez le tweet pour faire signer la pétition « Stop à l’enfermement d’enfants en France »

Signez la pétition

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise