La ligne de couleur
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Lien 7 juin 2015

LA LIGNE DE COULEUR AU CINEMA LE 17 JUIN/LA CRITIQUE

La ligne de couleur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.avoir-alire.com/la-ligne-de-couleur-la-critique


LA LIGNE DE COULEUR - LA CRITIQUE D'AVOIR-ALIRE.COM

Le 07/06/2015

moton4134.png?1331899571
arton30397-9d7a3.jpg

Laurence Petit-Jouvet signe un portrait multiple réussi, qui dénonce à travers des cas exemplaires le racisme ordinaire.

L’argument : Vivre en France lorsqu’on est perçu comme arabe, noir ou asiatique. Des hommes et des femmes, français de culture française, parlent chacun dans une "lettre filmée" de leur expérience singulière, intime et sociale, d’être regardés comme non-blancs et d’avoir à penser à leur "couleur".

Notre avis : Cinéaste engagée, Laurence Petit-Jouvet aborde, à travers onze personnes lisant une lettre qu’ils ont écrite, le racisme au quotidien. On lui saura gré de nous éviter les généralités et les commentaires intrusifs pour laisser la parole à ces blessés perpétuels, souvent marqués par l’insulte et le regard des autres. Par ce dispositif et le choix des intervenants, la réalisatrice inverse tous les clichés, aussi bien celui de la victime que du rebelle ou du délinquant. On ne trouvera pas de drogue, peu de « langue des banlieues » ou de rap, pas de gémissements plaintifs. Au contraire, ce qui s’affirme de manière répétée, c’est la conquête d’une fierté, l’entêtement face aux difficultés. Ils sont beaux, ces personnages qui racontent la honte des cheveux crépus ou l’arrivée dans une école de blancs riches. Si les blessures sont multiples, du contrôle au faciès à la difficulté d’imaginer un maghrébin adjoint au maire, une noire réalisatrice, elles sont toujours un point de départ pour dire sa dignité. Face au discours politique ambiant qui s’acharne sur des appels à l’assimilation culturelle, Yumi joue du Racine, Yaya parle de Dostoïevski à la radio, Malika a soutenu une thèse de psychologie.

564980_jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx-c7a42.jpg

© D.R.
Les témoignages se succèdent, séparés par des fondus au noir, et ils se répondent : la honte, le regard des autres, la solitude sont comme des rimes qui structurent le film et lui donnent sa cohérence. Mais ces thèmes sont aussi une accusation, lancée sans véhémence, presque en murmurant : l’indifférence et les préjugés sonnent comme autant de lâchetés quotidiennes. Peut-être n’a-t-on jamais aussi bien senti à quel point le racisme repose sur des idées préconçues, une sorte de paresse intellectuelle qui enferme l’autre dans dans ce que nous imaginons de lui ; à cet égard le portrait que Rui dessine de l’ « asiatique modèle » est aussi drôle qu’effrayant.
En laissant la parole à des personnalités fortes, en les accompagnant d’une mise en scène soignée qui s’accorde à chacun, Laurence Petit-Jouvet trouve le ton juste pour dénoncer sans grandiloquence l’intolérable stigmatisation de tous les jours. Les belles idées (les cheveux comme métaphore concrète de la différence) côtoient certes quelques banalités caricaturales (la BD et le discours sur Mandela), mais la sensibilité à fleur de peau des témoins et la simplicité presque austère du dispositif emportent largement l’adhésion du spectateur.

254031_jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx-09a49.jpg

François Bonini

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Accusé d’agressions sexuelles, Éric Zemmour instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage du candidat d’extrême droite tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Il parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz