La SDJ De Mediapart
Le blog de la Société des Journalistes de Mediapart
Journaliste à Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2019

La SDJ De Mediapart
Le blog de la Société des Journalistes de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Conseil de déontologie: pourquoi nous n’y participerons pas

Les rédactions de l’AFP, Challenges, Europe 1, L’Express, Le Figaro, Franceinfo TV, France 3 National, France Bleu, France Info, France Inter,  LCI,  Mediapart, L’Obs, Le Parisien, Le Point, TF1, La Tribune, TV5 Monde et 20 Minutes refusent de participer au Conseil de déontologie journalistique et de médiation qui doit se créer lundi 2 décembre. Elles s’en expliquent dans ce texte commun.

La SDJ De Mediapart
Le blog de la Société des Journalistes de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Des représentants de la presse française, journalistes et citoyens vont fonder, lundi 2 décembre, le « conseil de déontologie journalistique et de médiation » (CDJM). Nous, sociétés des journalistes (SDJ) et sociétés des rédacteurs (SDR) de l’AFP, Challenges, Europe 1, L’Express, Le Figaro, Franceinfo TV, France 3 National, France Bleu, France Info, France Inter,  LCI,  Mediapart, L’ObsLe Parisien, Le Point, TF1, La Tribune, TV5 Monde et 20 Minutes estimons que la création de cette instance suppose des préalables qui ne sont pas remplis. C’est pourquoi nous n’y participerons pas.

La liberté de critiquer les médias est essentielle en démocratie. Il appartient aux citoyens de saisir les instances existantes, notamment la justice, quand il estiment qu’il y a faute ou dérapage.

La manière dont se crée aujourd’hui ce CDJM ne nous inspire pas confiance. Et ce, pour plusieurs raisons :

Il s’agit d’une initiative du gouvernement, qui depuis plusieurs mois sollicite les SDJ et SDR dans le cadre d’une mission confiée par le ministère de la Culture à Emmanuel Hoog, ancien PDG de l’Ina (Institut national de l'audiovisuel) et de l’AFP. À plusieurs reprises, la dernière fois le 17 juillet face au Premier ministre Édouard Philippe, nous avons exprimé notre désaccord avec ce projet. Ce qui ne l’a pas empêché de voir le jour.

Nous ne refusons pas la critique. D’ailleurs, chacun de nos médias tente autant que possible de rendre compte à ses lecteurs de ce qu’il publie et de la façon dont il travaille. Le participatif, les médiateurs, les rencontres avec le public sont autant d’espaces dans lesquels la critique est parfois vive, toujours indispensable. Notre travail est par ailleurs encadré par des chartes de déontologie, pour la plupart d’entre nous. Nous rendons compte également devant la justice. Quiconque s’estimant diffamé peut la saisir.

Si on défend le pluralisme de la presse, il faut aussi défendre la diversité des approches. Nous ne sommes pas identiques et c’est très bien ainsi. Le pire service à rendre aux médias aujourd’hui serait de les contraindre à se plier à une norme artificielle de déontologie. Ce sont les lecteurs qui jugent les journalistes, pas les journalistes qui se jugent entre eux.

À ces réticences, s’ajoute un contexte très français. La création de ce CDJM intervient en effet alors que des signaux alarmants sont donnés. Aux déclarations virulentes de plusieurs responsables politiques à l’encontre de la presse, s’ajoutent deux lois adoptées depuis l’élection d’Emmanuel Macron, marquant un contournement de la loi de 1881 qui garantit déjà la libre pratique de notre métier et la libre information des citoyens.

C’est le cas de la loi sur les fausses nouvelles en période électorale qui autorise une procédure d’urgence dans laquelle un magistrat aura la possibilité de déclarer fausse une information, hors de toute procédure d’offre de preuves, de respect du contradictoire, de souci de la bonne foi – selon les critères précisément de la loi de 1881.

C’est aussi le cas de la loi sur le secret des affaires qui donne à des tribunaux de commerce la possibilité d’être saisis pour défendre l’opacité du monde économique et financier, hors là encore de toute référence à la loi de 1881.

Dans les deux cas, la demande unanime des organisations professionnelles à ce qu’il soit dit, explicitement, dans ces textes, que leurs dispositions ne visaient pas l’exercice normal de la profession de journaliste, lequel relève des procédures ordinaires dans le respect toujours de la loi de 1881, a été refusée par le gouvernement et sa majorité.

Pour toutes ces raisons, nous refusons de tomber dans ce que nous considérons à ce stade comme un piège.

Texte signé par les sociétés des journalistes et sociétés des rédacteurs de : l’AFP, Challenges, Europe 1, L’Express, Le Figaro, Franceinfo TV, France 3 National, France Bleu, France Info, France Inter,  LCI, Mediapart, L’Obs, Le ParisienLe Point, TF1, La Tribune, TV5 Monde et 20 Minutes. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni
Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica