Gondwanaland, la République où les bordels sont rois.

Gondwanaland, une île perdue dans l'océan indien, une République sodome. (rire pincé)

La République de Gondwana

Gondwana est une île perdue quelque part dans l'Ocean Indien, une île paradisiaque, avec des terres ocres et rouges, des sables blancs et blonds, peuplé de bananes. Une République bananière car le peuple y est facile, peu crédule, au point d'être stupide, des gobes-mouches. 

GWANDANALAND GWANDANALAND

Une population qui avale tous les mensonges même les plus flagrants, par exemple " on ne vend pas nos terres on met à la disposition des étrangers qui amènent de l'argent" : là les bananes croient, vénèrent, applaudissent et se mettent à boire du rhum et de la pisse des trois chevaux pour arroser cet événement en vue: . argent pour qui au fait ? CHUT !!! Les bananes intellectuelles corrompues comme elles sont, facilitent l'opération, évidemment avec une population banane tout passe. Un autre exemple, on vous vendra du riz à 0.30€ le kilogramme pour 3 kg par foyer, une occasion pour des dizaines de milliers du peuple banane à aller remercier et à applaudir l'initiative du jeune président du Gondwanaland; au prix du riz basmati luxe, on livre du riz pour bétails, et le peuple Gondwanais est plus que sastisfait " vive le Président " des bananes naïves qui ne subodorent pas les millions de dollars encaissés au passage et on continue, " je vous ferai construire des buildings" le gondwanais simple gardien, boucher, chauffeur de taxi, vendeur de brèdes et chômeur est content et applaudi le Président....bananes !!!!!! Le mètre carré des buildings se résume au 1000€ travaux finis bananes !!! , avec ta recette journalière de moins de un dollar par jour comment tu vas l'acheter, pire le building sera à un privé avec qui  le président a mis à disposition la parcelle de terrain qui te restait, banane !!!!! Au mieux tu es bon pour être le gardien de l'immeuble et les autres....les stupides... ils descendront à la place de la démocratie pour recevoir des balles en caoutchouc, bravo, très intelligent, bonjour les dégâts. Bien fait banane !!! 

Ma mère est souffrante à cause de mes bêtises et de mes écarts  j'ai fait construire des "hôpitaux de normes et modernes" pour les bananes, mais ma mère je l'évacue à l'île Maurice les hôpitaux gondwanais sont impropres et insalubre pour elle. Comme la communication est verrouillée la population du Gondwana n'est au courant de rien. 

Des bordels aux nenettes,

Attention banane, tu ne touches pas aux nenettes des oranges, du patron des oranges, tu peux regarder mais tu fermes tes grosses levres de banane fanée, tu as intérêt à modérer tes interpellations sur les réseaux sociaux, sinon tu iras en tôle parole de la gondwanaise de la République. Elles sont au palais présidentiel, elles sont au gouvernement de la République de Gondwanaland, attention, attention, le président ne jure que par elles.

On dit que le Président a plein de petites gondwanaises, tantôt dans son organe proche de communication, "Grace Land" ou " lente land" ou tantôt dans le gouvernement normal dit un sage banane qui observe que tel bordel est devenu ministre, et entre bordel la concurrence s'annonce rude car le président il a une arène garnie pardon un ARENA. Le jeune il a tout prévu ... trop fort

On ne touche pas aux bananes du président même si cela lui a valu les engueulades de madame sa femme : " une grosse bagarre avant son dernier départ le 17 Mars", pendant l'abscence de la première dame, puisqu'elle vit en France tout près de la frontière Suisse, la fête et les galipettes continuent de plus belle au palais de la République Gondwanaise. Or les pepites qui ornent le palais en question sont toutes en fin de parcours sauf la plus jeune banane, 21 ans tout au plus, pour cette dernière même Papa est dans le coup, je peux m'investir. Elles sont mères célibataires, divorcées, quatrième ou cinquième main voire plus, pour une diane elles ont fait des kilomètres, beaucoup de kilomètres. Mais elles sont là, le Président ne jure que par elles, des ministres sont nommés grâce à leur emprise sur le Président, des directeurs de cabinets, bref presque tous les postes de haute fonction, trop fort.

Les dames du président du Gondwanaland travaillent, elles se font voir tous les jours au premier plan, et font la promotion de la République bananière, pour éviter la concurrence car le jeune Président semble être attiré par les nenettes, du coup on interdit le port de la mini-jupe et des jolis shorts, quelque soit l'âge, trop fort....des décisions incongrues mais fort compréhensible, dans la mesure où on évite la venue des plus jeunes et des plus fraîches au gouvernement.... trop fort ces gentes dames. 

Un bruit certain, court dans le pays du Gondwanaland, le domicile d'un ex candidat à la dernière présidentielle dont la femme est amie de la première dame depuis Paris, ville de leur jeunesse, sert de lieu de passe et de rencontres pas très catholique, bordel de merde à ce point ? Cela paraît normal dans la mesure où l'hotesse n'est pas à son premier parcours, seconde main après son mariage, après toute une série de fils à papa type fils G.B. À Paris un fils d'un général de l'armée Gondwanaise retraité au nom de R.R serait le tombeur, et le bourreau, du coeur de la reine du royaume de Gwandana, l'homme qu'elle a toujours rêvé d'avoir comme époux, il y a du tsunami en l'air. Sûr que ce bruit émane des bordels du DJ pour salir la première dame afin d'isoler le président et créer de la zizanie dans son couple, trop fort les cool girls. 

Le Master DJ est idolâtré par ses proches du coup il se fait copier.

Un copain, patron d'un des média de l'audiovisuel, possède une arène ( allusion à ARENA) de dames de compagnie, là où il passe une banane tombe, c'est un incorrigible et il s'y plaît. 

Un proche et leader politique proche du président du Gondwanaland n'hésite pas intégrer dans sa liste de put... de candidats son deuxième bureau qui de surcroît habite à deux kilomètres du domicile du couple gondwanais, trop fort le député : " sucre-aimé" banane !!!! 

Une République perdue et sodome

Le peuple banane du Gondwana est facile disent les uns, tolérant disent les autres, c'est plutôt des bananes qui se laissent couper, qui se laissent manger et qui se laissent jeter à la poubelle, normal que ce soit les bordels qui prédominent crie un journaliste qui depuis vingt ans prêchent dans le désert, notre république court à sa propre perte avec ses bananes qu'on a mise en place. Beaucoup de leurs actes et opérations sont répréhensibles, aucunes bananes ne se levent, clame un historien de l'université de la capitale, que voulez-vous, seul qu'est ce que je peux faire ? la population Gondwanaise est résignée au point d'être perdue, il assène, pour terminer, l'île de Gondwana est une île sodome, ici l'argent, la politique et le cul sont les moteurs de notre régression, de pire en pis.

GWANDANALAND GWANDANALAND

En effet, un cas est sodome, quand la situation semble être irréversible. Cette île Gondwana, comme son histoire l'indique, une île à l'origine volcanique, à un moment à un autre le volcan reprendra surface, une métaphore par rapport au comportement de tout peuple traiter de bananes, bordel de bananes... 

Francois Piétot

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.