Madagascar : De la déconfiture à l'isolement.

Le spoil system a fait ses premiers heureux et ses premiers déçus.

Madagascar, la déconfiture,

Le Président fraîchement élu, Andrinirina Rajoelina, avec son premier cercle a posé ses jalons en placant ses hommes de première confiance. 

Première confiance, comme si tout a été dicté et préparé avant son élection avec quelques retouches mineures, beaucoup de ses hommes de main pas forcément de confiance encore moins de confidence se voient écarter par un coup de balai qui n'a pas de nom, les Lala Norbert Ratsirahonana, Herimanana Razafimahefa, Chritine Razanamahasoa, Paul Bert Ramasimanana "Rossy", Holijaona Raboanarijaona, Naivo Raholdine. En effet, d'un coup de chiquenaude, ils se trouvent sur la touche, si Norbert Lala Ratsirahonana, n'a pu obtenir ne serait-ce qu'un département pour son parti, Herimanana Razafimahefa, complètement déboussolé par le méjugement de ses pairs ou du président, autant pour Holijaona Raboanarijaona qui s'est investi dans le projet Emmergence qui se voit ballader à la place des nouveaux venus dont personne ne sait d'où est-ce qu'ils viennent ? Naivo Raholdine, de son propre budget et son économie finançait une partie de la propagande risquerait fort de ne pas se trouver parmi la liste MAPAR/TGV lors de la législation, idem pour le cas du député,Paul Bert Ramasimanana, soutien fervent du Président Andrinirina Rajoelina, qui sitôt la gloire annoncée a du rendre compte qu'il n'a jamais été dans la locomotive, ministre potentiel de la culture, rejeté par quelques hovas du palais et par le premier cercle du président. 

La déconfiture totale, voilà le fonctionnement de l'Etat confier à des novices, le Président est moins joignable qu'il y a quarante cinq jours, les améliorations et observations sont considérées comme critiques, " je préfère me taire..." dit Rossy à un journaliste local. 

Entre la peur et la crainte... 

Devant les engagements et soutiens manifestés et pris publiquement, difficile et embarrassant de manifester sa déception, les représailles sont aussi rapides que l'éclair, d'où la peur au ventre d'exprimer ses colères, seul le journaliste patenter du Président ose s'exprimer et fait de ses articles tantôt une prévention tantôt une déclaration avant divorce. La crainte n'est pas seulement du côté des opposants, elle est aussi dans le camp des nouveaux gouvernants, le spoil system a commencé et n'a pas fait que des heureux, il fallait s'y attendre. 

L'isolement, 

Hier, les Rossy, Herimanana Razafimahefa, les Norbert Lala Ratsirahonana et consort pavanaient publiquement tutoyer le Président candidat, dès la première sonnerie lui même décroche son téléphone, aujourd'hui sagement une personne repond presqu'à contre coeur, " il est en réunion... Il vous rappelle" et vous pouvez espérer comme les imbeciles disent-ils, aucun rappel ne sera fait, voilà. 

Ils savent, bien sûr que le Président est occupé et ne peut à tout bout de champs répondre à tous les appels, mais est ce les messages d'appels lui sont vraiment transmis d'un et de deux si vraiment il est informé... Il ne rappelle pas c'est " qu'ils sont  "out" ou bien ils ne sont plus dans la logique du Président, les pauvres. 

Ainsi le spoil system a bel et bien commencé, tous les HVM de Hery Rajaonarimampianina et TIM de Marc Ravalomanana "OUT" , les chefs des régions, les Directeurs et Directeurs généraux des ministères. Le gouvernement brille par la domination du clan hova, l'opinion attend la nomination massive des côtiers, pour la direction Générale du Port, du Trésor Public, des Impôts, de la JIRAMA, des sociétés d'Etat et Ambassadeurs, à ce rythm on peut toujours rêver disent les autres ... Le risque de la déconfiture prématurée n'est pas à écarter

A.Andrew


Herimanana Razafimahefa Herimanana Razafimahefa
Naivo Raholdine Naivo Raholdine
Paul bert Ramasimanana " Rossy" Paul bert Ramasimanana " Rossy"
Norbert Lala Ratsirahonana Norbert Lala Ratsirahonana
Christine Razanamahasoa Christine Razanamahasoa
Holijao Rabaonarijaona Holijao Rabaonarijaona

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.